Premier volet de notre étude sur la Fintech Latino-Américaine sous la plume experte de Denisse Cuellar, consultante à São Paulo, au Brésil pour Clay Innovation.

Nul ne l’ignore, Londres, la Silicon Valley et Singapour sont aux avant-postes de l’écosystème Fintech. Un petit groupe rejoint récemment par la Chine, qui avec pas moins de 7 licornes sur son territoire, a su créer un contexte favorable au développement de la Fintech. Loin d’être indifférent, le continent Africain, de son côté, voit dans la Fintech une opportunité majeure lui permettant de résoudre le problème de l’inclusion bancaire.

Dans chacun de ces pays, la fintech a su s’adapter pour offrir une proposition de valeur différente, susceptible de bouleverser l’environnement régional. Loin des yeux, loin du cœur, l’Amérique Latine n’est que trop rarement perçu comme un terreau dynamique de ce marché innovant. Tour d’horizon en deux volets de ses acteurs et de sa stratégie pour faire de la Fintech un secteur dont la croissance pourrait bien impacter la sphère sociale.

Le fort taux d’adhésion au digital de l’Amérique Latine, un atout pour les fintechs

Le contexte d’abord, avec ces quelques données chiffrées : une population de 630 millions d’habitants, un taux de bancarisation de 50%, un taux d’utilisation d’internet proche de 62%, supérieur à la moyenne mondiale (50%). En 2016, près de 400 millions de smartphones étaient en circulation dans la région. D’ailleurs, les Latino-Américains surfent en mobilité près de 4 heures par jour. Un chiffre impressionnant, largement supérieur au voisin Américain, qui compte 1,84 heures en moyenne passé sur le net. Il est à noter que Facebook est le deuxième site le plus fréquenté dans la région, après Google.

En d’autres mots, les Latino-Américains sont des utilisateurs chevronnés d’Internet avec un petit faible pour les réseaux sociaux. En plus de Facebook et Whatsapp, le Latino-américain se délecte des plats livrés à domicile qu’il commande via des apps comme iFood. Il n’est pas avare en shopping à distance et dépense volontiers son bon argent sur des plateformes d’e-commerce comme Mercado Libre ou Linio. Comme partout, enfin, il a adopté Uber pour se déplacer.

Côté services financiers, en revanche, les Latino-Américains sont dans l’ensemble très mal lotis. Alors pourquoi ne pas profiter de cet engouement vis-à-vis de l’Internet, des smartphones et des Apps pour l’étendre aux services financiers ?

Le Brésil, locomotive de la Fintech

En Amérique Latine, plusieurs pays mènent de front une vraie révolution dans les services financiers.  On pense ainsi au Brésil, au Mexique ou encore à l’Argentine où de nombreuses fintechs ont déjà gagné l’appui et la fidélité des clients. Plein feux sur le Brésil pour ce premier volet de notre étude.

Avec plus de 200 millions d’habitants et plus de 200 fintechs référencées à ce jour par Fintechlab (1), le Brésil est sans conteste la locomotive de ce mouvement de digitalisation des services financiers. Le paiement et le crédit y sont notamment très développés grâce à des entreprises très connue du secteur comme Nubank, GuiaBolso et BankFacil.

  • Nubank propose une carte de crédit, gérée à partir d’une App : licorne probable de la région, elle a su gagner la confiance de fonds d´investissement internationaux comme Sequoia, FundersFund ou DST. La fintech bénéficie de la confiance et la fidélité des millenials, devenus les porte-voix de la marque,  qui célèbrent son expérience utilisateur unique et ses tarifs compétitifs.
  • GuiaBolso est une app gratuite qui facilite la gestion de la finance des brésiliens. Une innovation qui a un impact direct sur la croissance de l’épargne et la baisse du taux d’endettement des ménages.
  • BankFacil propose enfin un service de crédit avec garantie. Dans un pays où les taux d’intérêt sont très élevés, BankFacil propose des tarifs attractifs tout en simplifiant les démarches administratives des institutions financières traditionnelles. Autant d’atouts qui rendent la jeune pousse de plus en plus populaire.

À retrouver jeudi prochain, le second volet de cette contribution avec, un focus sur les fintechs mexicaines, argentines, chiliennes et colombiennes et sur la consolidation du marché Latino-Américain.

 

pauline-viala-1
Vous souhaitez également devenir contributeur de FinTech Mag ? Contactez-nous !

 

(1) Source : Radar de Fintechs du Brésil
2
décembre 22, 2016 9:35
1 Commentaire

Vous avez quelque chose à ajouter? N'hésitez pas

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Un commentaire