Pour faire face aux Fintech, la coopérative belge Swift (7000 banques adhérentes) dont la mission est d’assurer le transfert d’argent entre entreprises au niveau international, se doit de moderniser ses services. Impératifs : accélérer les transferts d’argent et assurer une plus grande traçabilité et transparence des tarifs.

La coopérative belge Swift, institution de transfert d’argent à l’international et sur le marché BtoB serait-elle, elle aussi, chahutée par les Fintech ?  Créée en 1973 à l’initiative de 70 banques issues de 10 pays européens, Swift (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunications) a pour mission d’assurer les transactions bancaires internationales entre entreprises, via un réseau de transmission doté d’un langage spécifique. Ayant occupé une position dominante durant de nombreuses années, Swift est aujourd’hui bousculée par les Fintech qui, sur le marché du particulier, proposent des services plus performants : quelques heures seulement pour recevoir de l’argent de l’étranger via Paypal, Paytop, ou Western Union ; des taxes moins onéreuses ; une plus grande transparence sur les tarifs et une meilleure traçabilité entre le départ du paiement et l’arrivée sur le compte du créditeur.  Des plus qui ont de quoi séduire les entreprises.

 

Conscientes de leurs atouts, les Fintech entendent bien profiter de la directive européenne sur les services de paiements (DSP2) pour investir le marché BtoB. Selon Thierry Chilosi, l’un des responsables de Swift pour la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique, celui-ci « représente 80% à 85% des revenus que les banques tirent du marché des paiements internationaux. »

 

Face à l’urgence, Swift fourbit ses armes. En décembre dernier, le groupe a lancé un projet visant à améliorer son protocole. 45 banques, dont les françaises BNP Paribas, Société Générale et Natixis se sont mobilisées autour  d’un projet pilote visant à tester notamment le paiement en une journée. En juin, des ateliers de réflexion seront lancés sur l’impact des nouvelles technologies – dont l’emblématique Blockchain – sur les paiements interbancaires internationaux. La vieille institution se mobilise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *