Cyril Tramon, Président de WeShareBonds nous a accordé une interview exclusive à l’occasion de Bordeaux Fintech. Retranscription.

Créée en juin 2016, WeShareBonds est une plateforme de crédit pour les PME, agréé par nos amis de l’AMF. Notre objectif ? Permettre aux PME de qualité de trouver des financements, mais également permettre à des épargnants de co-investir avec des professionnels du secteur.

Nos clients bénéficient alors de transactions aux mêmes conditions de prix, d’informations, et nous l’espérons, de rendement que les professionnels.

Cyril Tramon, président de WeShareBonds

L’histoire de WeShareBonds, c’est un aboutissement, presque une histoire personnelle. Je suis un ancien banquier d’affaires qui accompagne depuis maintenant 13 ans, le financement des PME via une société de private equity. J’ai pris conscience de la réalité du marché, du besoin constant de financement des PME. De belles histoires, de beaux projets mais qui nécessitaient une accompagnement pour grandir et devenir l’une de ses startups dont tout le monde parle dans les médias, à la télé. Mais quand on fait moins de 10 millions d’euros de chiffres d’affaires, on n’existe pas vraiment dans les réseaux bancaires. On n’a pas vraiment d’interlocuteur, on n’a pas vraiment la chance de pouvoir avoir accès à du conseil intelligent. Nous en avions pris conscience : on fournissait du capital, mais pas de crédit, et c’était pourtant de ça dont les entreprises avaient besoin.

L’émergence des plateformes crowdlending nous a permis de concrétiser nos objectifs, pour un coût modique et avec une très bonne qualité de services. Nous pouvons désormais les aider pour racheter les entreprises, mettre du capital et les développer. A nos yeux, nous ne somme ni un ennemi ou ni une alternative aux banques, nous sommes complémentaires. Ils ont besoin de dailly, de factor, de crédit-bail immobilier, de plein de choses que nous sommes en mesure de leur apporter .

Côté entrepreneurs, notre rôle est double : nous leur apportons des conseils ainsi qu’un complément de financement adapté allant de 100 000 à 1 million d’euros. Les fintechs ont apporté quelque chose de formidable dans le secteur de la finance : de la transparence et de la démocratisation. C’est un réel plaisir pour moi car j’ai été très bien payé pour conseiller des gens riches ou des institutionnels. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas, tout le monde peut y avoir accès que vous soyez jeune, riche, pauvre, blanc, noir, ce n’est pas le sujet, vous pouvez nous accompagner dans les opérations qu’on finance majoritairement avec nos 50 actionnaires et qui croient comme nous dans ce projet.

Avec WeShareBonds, nous avons essayé de créer une solution complémentaire aux financements existants, dans un état d’esprit qui est finalement un peu la synthèse, le meilleur des mondes. Le crédit reste un métier et il vaut mieux qu’il soit réalisé par des gens expérimentés, car il comporte une part de risques. Accompagner les PME, ce n’est pas la même chose que de financer des TPE.

Et puis, nous avons également une autre dimension militante, côté épargnants. Aujourd’hui, il reste peu de solutions rentables pour placer votre épargne. Chez WeShareBonds, nous croyons en notre service, nous sommes d’ailleurs nous même co-investisseurs. Pour plus de légitimité et de crédibilité, nous avons choisi la voie longue, celle de l’agrément auprès de l’AMF qui a pris pratiquement un an. Ce n’est pas un agrément facile à obtenir, c’est un agrément de conviction qui nécessitait de démontrer que nous sommes compétents, qu’on a l’argent, qu’on a l’équipe, qu’on veut accompagner dans la durée.

1
février 13, 2017 10:02
Laissez vos commentaires

Vous avez quelque chose à ajouter? N'hésitez pas

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*