Résumé des épisodes précédents : lancé en avril dernier, l’ambitieux projet DAO d’un fonds d’investissement entièrement autonome et décentralisé a récolté en un mois 150 M$. Un succès sans précédent pour une plateforme de crowfunding, dont le but affiché est d’investir dans des start up qui inventent l’internet des objets de demain.

La DAO s’appuie sur l’Ethereum, un protocole blockchain qui associe une monnaie virtuelle, l’Ether (similaire au bitcoin), à des smart contracts (accords prédéterminés qui produisent leurs effets automatiquement dès lors que les conditions viennent à être remplies).

Jusqu’ici tout va bien : la DAO alimente les débats dans la technosphère, on parle d’une révolution où les centres de décision disparaissent pour laisser la place à une organisation décentralisée dont les décisions prises démocratiquement sont codées et exécutées automatiquement via un protocole informatique. Bienvenue dans le nouveau monde.

Moins de trois semaines plus tard, le 17 juin, la DAO et ses 150 M$ levés quittent les pages saumon pour les pages faits divers. Un hacker exploite en toute impunité une faille du code de la DAO et siphonne tranquillement l’équivalent de 50 M$. Un hold up télématique en direct et en ligne, au vu et au su des souscripteurs du fonds, sans que quiconque ne soit en mesure de stopper immédiatement l’hémorragie. Du jamais vu.

Résultat : les fonds sont transférés sur une adresse privée, où ils restent gelés pendant 27 jours avant, théoriquement, de pouvoir être transférés par le Hacker vers d’autres comptes. Un laps de temps qui a permis à la communauté Ethereum de se réunir et de voter une solution de sortie de crise permettant aux souscripteurs de recouvrer leurs fonds.

La solution retenue : le Hard Fork
À 87 %, la communauté Ethereum a voté pour recourir à une « Hard Fork ». Comme l’explique Bassem Ktita*, Senior Consultant Innovation chez weave, la Hard Fork modifie « l’histoire écrite dans la base blockchain en restituant au DAO les jetons dérobés par le hacker, puis en les transférant après aux souscripteurs du fond d’investissement. » Pour ce consultant, « le Hard Fork de Ethereum ne devrait pas impliquer un grand retour en arrière de l’état de la blockchain. Il va proposer une fine intervention locale pour convertir et mutualiser les sous comptes du DAO, et permettre ainsi aux investisseurs de racheter des jetons d’Ether s’ils le souhaitent, dès le 20 Juillet. »

Nous y sommes.

Des questions restent en suspens : après avoir perdu 33% de sa valeur, comment va se comporter l’Ether ? La confiance peut-elle être rétablie quand le procédé auquel il est recouru contredit le principe même d’inviolabilité de la blockchain?

Vivement la saison 2 !

*http://www.finyear.com/Quel-avenir-pour-la-blockchain-Ethereum_a36754.html

http://qz.com/730004/everything-you-need-to-know-about-the-ethereum-hard-fork/
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-detournement-de-50-millions-de-182063

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *