Deux mois après son discours en faveur des jeunes pousses au sommet des startups initié par Challenges, Emmanuel Macron a réitéré sa volonté de soutenir cet écosystème en forte croissance. C’était au salon VivaTech, un discours fortement applaudi par les fintechs présentes.

Quand Emmanuel Macron investit dans les fintechs

L’un des moments forts du salon VivaTech aura été le discours d’Emmanuel Macron. D’après lui, la France est en train de vivre une révolution. Le nombre de création d’entreprises en général, et de startup en particulier connait une ascension fulgurante. Pour accompagner ces jeunes entrepreneurs, l’État va mettre en place trois mesures fortes.

D’abord un assouplissement du régime fiscal. La prochaine loi des finances se verra remplacer l’ISF ou Impôt Sur la Fortune par un prélèvement forfaitaire unique de 30 % social inclus sur les revenus du capital. Par ailleurs, l’impôt sur les sociétés ainsi que les charges sociales seront revues à la baisse. Les buts d’Emmanuel Macron ? Encourager les jeunes, surtout les femmes à créer des startups innovantes qui vont apporter de la valeur ajoutée à l’économie française. Mais ce n’est pas tout. Avec cette mesure, il incite les expatriés à revenir au pays. Pour lui, « c’est ici que tout va se passer ».

Ensuite un « French Tech Visa » de 4 ans (déjà en vigueur, NDLR) qui permettra à tous les investisseurs et les créateurs de startup du monde entier de démarrer leurs activités dans l’Hexagone. Ce visa facilitera entre autres les procédures de création d’entreprises.

Enfin, l’État va allouer un budget conséquent de 10 milliards d’euros pour soutenir l’innovation, notamment dans les domaines de la santé, du transport et de l’environnement. Ce fonds servira également à donner de la visibilité au financement en France.

Emmanuel Macron ne compte pas s’arrêter là puisqu’il va digitaliser l’ensemble des procédures administratives d’ici 2022. D’une part, cette numérisation va faciliter l’instauration du droit à l’erreur pour les entreprises inscrites dans le droit français. D’autre part, elle favorisera la croissance de la Fintech.

La France, « The place to be, to invest, to be a startuper »

C’est avec ce discours éloquent que le Président de la République fraichement élu a terminé sa visite au salon VivaTech. Pour lui l’Hexagone sera le paradis des jeunes entrepreneurs. Et de rajouter : « Aujourd’hui, la France est en train de devenir la nation des startups et elle doit réussir ce pari ».

Actuellement la France profite d’un écosystème technologique favorable. Emmanuel Macron se posant en jeune président ambitieux qui veut faire de son pays la nation des startups, mise sur l’innovation pour booster la croissance économique de la France. Selon les chiffres de l’Insee, la France a accusé une croissance de 1, 1 % en 2016. Le premier trimestre 2017, cette croissance a atteint 0,3 % toujours d’après la même source.

L’État va investir dans les nouvelles technologies comme « l’Internet des objets, l’intelligence artificielle, la convergence entre le numérique et les clean tech et toutes les technologies des green tech, la convergence entre le numérique et la santé ». Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il veut que la France soit « le leader dans les combats de demain ». Pour conforter cet intérêt pour la technologie, Emmanuel Macron a prêté particulièrement attention à des startups françaises spécialisées dans la réalité augmentée, la robotique et les drones industriels.

Pour Emmanuel Macron, les startups avec l’aide de la banque publique d’investissement ont fait la moitié du chemin. Maintenant, l’État va tout mettre en œuvre pour faire des fintechs un levier stratégique de la croissance économique française. Avec l’aide du Brexit et des nombreux travailleurs hautement qualifiés français, il espère attirer les investisseurs européens, notamment britanniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *