Janvier, le mois des vaches maigres. Entre le parcours fléché des fêtes et celui des soldes, les vacances de Noël et celles, très rapprochées, de février, reste-t-il encore dans nos portefeuilles d’adultes de quoi alimenter notre épargne digitale ? Aussi mince soient nos portefeuilles, oui, trois fois oui.

Hier réservés aux plus fortunés ou aux experts, les outils de gestion de portefeuille se sont démocratisés grâce au digital pour offrir à un large public, disposant de zéro à plusieurs centaines de milliers d’euros d’épargne disponible, des services financiers optimisés à moindre coût.

Tour d’horizon des initiatives les plus récentes en matière d’épargne digitale, qu’elles émanent de jeunes pousses ou d’acteurs établis.

Épargner sans s’en rendre compte

Pour les plus fauchés ou pour les partisans d’une solution d’épargne indolore, optez pour le système d’épargne à l’arrondi. Le principe : à chaque dépense par carte bancaire, le montant est arrondi à l’euro ou à la dizaine d’euros supérieure, selon le paramètres choisis. La somme de ces arrondis est prélevée automatiquement puis placée sur un compte épargne. S’il n’est pas rémunéré, le portefeuille d’épargne reste disponible à tout moment, par simple virement bancaire.

Mise en œuvre par la startup Piggou, cette solution d’épargne indolore vise essentiellement une clientèle d’étudiants et de jeunes actifs.
Si cet âge (d’or) est pour vous révolu, et que malgré, les vaches maigres de saison, des bas de laine subsistent, d’autres opportunités s’offrent à vous.

L’assurance-vie 100 % digitale

En partenariat avec Suravenir, filiale d’assurance-vie et de prévoyance du Crédit Mutuel Arkéa et la société de gestion Carmignac, la jeune pousse Grisbee vient de lancer un produit d’assurance vie 100 % digital. Traduire : « de la souscription par signature électronique à la gestion, avec une tarification très compétitive, sans frais d’entrée ni d’arbitrage, juste 0,6% de frais de gestion annuels », comme le résume le directeur général et cofondateur Maxime Camus.

Grisbee Vie n’est pas la première offre d’assurance-vie en ligne. Mais avec « les frais les plus bas, pas de frais cachés », et un contrat accessible à partir de 1 000 euros de versement initial, Grisbee veut croire à son destin de grand démocrate de l’assurance-vie.

Un modèle mixte alliant technologie et accompagnement humain

L’homme et la machine main dans la main, grâce à la plateforme WeSave. Mais que propose-t-elle au juste ? D’utiliser la technologie des robo-advisors tout en bénéficiant d’un accompagnement humain grâce à des professionnels de la gestion de patrimoine et un comité d’investissement. WeSave repose sur un « modèle économique atypique, 3 à 4 fois moins cher qu’une banque, (et) des ETF 10 fois moins chers que les produits proposés par les banques. » On ne demande qu’à les croire.

Des « corporates » à l’assaut de l’épargne digitale

Une banque, la Caisse d’Épargne avec Banxo, et un assureur, la MAIF avec Nestor, lancent chacun un agrégateur de comptes qui propose une fonctionnalité de gestion de budget.

Objectif de ces applis : faciliter la gestion du patrimoine financier des utilisateurs, qui pourront consulter leurs différents comptes bancaires, ouverts auprès de plusieurs établissements : Paypal, compte Nickel, épargne salariale, assurance-vie… Une première étape avant la recommandation de produits d’épargne ?

Côté Caisse d’Épargne, on ne s’en cache pas. La réflexion est engagée sur le développement d’une application d’épargne distincte de Banxo, un robo-advisor qui profilera l’allocation des montants épargnés en fonction de l’utilisateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *