Payname, pionnier du cobanking et des services de paiement entre particuliers, se positionne désormais comme une future banque en ligne, avec une philosophie axée sur les services. Son dirigeant, Eric Charpentier se prête au jeu des questions-réponses pour Fintech Mag. Economie du partage, dynamisation des territoires ruraux grâce au numérique, extension de l’offre de services, relations avec la Maif, il nous livre la vision d’un professionnel des Fintech regardant au-delà du développement de ses propres activités.

Eric Charpentier interviewé lors de Bordeaux Fintech

Fintech Mag : Bonjour Eric Charpentier. Pouvez-vous nous présenter Payname ?

Eric Charpentier : Créé en 2013, Payname est le pionnier français du cobanking*. Notre positionnement a progressivement évolué à mesure que nous étoffions notre offre. Aujourd’hui, nous sommes un établissement de paiement agréé par l’ACPR et nous nous positionnons comme une future banque en ligne collaborative, qui s’inscrit dans une logique de service. Payname a construit sa réputation avec ses services de paiement entre particuliers, mais propose aujourd’hui un plus large éventail de services – paiements de services à la personne, prélèvements, gestion de cagnottes, et bientôt, une carte de paiement. Clairement, nous nous considérons comme un acteur de l’économie collaborative.

Payname emploie aujourd’hui une trentaine de personnes et ce chiffre va doubler en 2016, car nous recrutons des profils techniques – développeurs et chargés de sécurité – et juridiques. Hébergés jusqu’alors par La Cantine, une espace de coworking toulousain, nous devions trouver des locaux plus étendus. C’est pourquoi nous venons de poser les premières pierres de notre campus, à 50 km au sud de Toulouse. Celui-ci va bien sûr héberger nos activités dans le futur, mais grâce au label « Territoire Innovant », il va être ouvert aux habitants de la région. Un certain nombre d’équipements, comme une salle de sport, une cuisine, un studio photo, une salle de visio-conférence, vont être mutualisés. En parallèle, nous travaillons avec les élus locaux pour construire une épicerie et démocratiser l’accès aux services numériques. Enfin, nous parrainons une équipe cycliste amateur. Notre volonté est d’élargir notre projet d’entreprise pour nous ancrer dans ce territoire.

En résumé, nous sommes bien plus qu’une Fintech : non seulement nous inscrivons nos activités dans l’économie du partage, mais de plus, nous nous efforçons de mettre en œuvre ses pratiques, au-delà de nos propres activités.

* le cobanking est un mouvement collaboratif qui permet aux utilisateurs de gérer leur argent dans un environnement sécurisé et désintermédié.

Fintech Mag : Comment se positionne Payname par rapport aux banques traditionnelles ?

Eric Charpentier : Si nous offrons certains des services traditionnels d’une banque, notre philosophie est différente. Au-delà des services de paiement entre particuliers, nous accompagnons nos clients dans d’autres types de paiement : factures EDF, services à la personne, impôts, cotisations sociales ou encore loyers, transfert d’argent, etc. Nous les aidons également à gérer les revenus qu’ils tirent de leurs activités collaboratives (par exemple Airbnb ou Blablacar), tout en leur offrant des garanties qui sécurisent ces revenus. La publication de la Revue du cobanking et l’organisation des Cafés du cobanking viennent étayer notre ambition de redonner aux particuliers le contrôle de leur argent.

L’ensemble de ces services a été conçu dans l’optique de simplifier la vie des utilisateurs, tout en sécurisant les transactions. Leur exécution est plus simple et plus rapide. Notre système de tarification est également différent. A la base, le service est gratuit et nous offrons parallèlement un compte prémium offrant plus de valeur ajoutée : relevé interactif, personnalisation, informations complémentaires, etc.

Parallèlement, nous nous sommes lancés en 2015 sur le marché professionnel et proposons désormais une offre de paiement en ligne simplifiée à destination des PME, TPE et associations, et un accompagnement dans la mise en œuvre de sites marchands, à destination des sites de e-commerce. Enfin, d’ici un an, nous proposerons une carte de bancaire et un dispositif de prêt entre particuliers.

Fintech Mag : – Quels avantages vous apporte la participation de la Maif à votre capital ? Pensez-vous vous développer dans l’AssurTech ?

Eric Charpentier : Nous n’avions pas imaginé d’intégrer à notre capital un acteur traditionnel aussi rapidement, mais nous avons pris conscience que nous partagions avec la Maif de nombreuses valeurs communes. Ensemble, nous allons développer des produits, comme par exemple des solutions de sécurisation des paiements.

Nous lancer dans l’Assurtech ? Assurément non. En revanche, nous pouvons imaginer des produits d’assurance intégrés aux services de paiement et adaptés aux usages entre particuliers. Ayant investi dans d’autres plates-formes d’économie collaborative, la Maif nous donne accès à son écosystème de partenaires, qui va contribuer à enrichir nos offres.

Fintech Mag : Que retenez-vous de l’année 2015 dans le domaine des Fintech ?

Eric Charpentier : 2015 aura clairement été l’année de la consécration médiatique des Fintech. Mais au-delà de la communication, les acquisitions de Leetchi et de lepotcommun.fr ont démontré que les banques restent très attentives au développement des start-up dédiées aux Fintech. Dès que celles-ci atteignent une taille significative, elles se positionnent pour les racheter. C’est un peu dommage, car je pense qu’on pourrait créer en France de nouveaux acteurs capables de rivaliser sur la scène internationale, si tant est qu’on leur laisse le temps de se développer. Concernant Payname, nous sommes motivés pour pousser la démarche le plus loin possible. D’où notre volonté de nous inscrire dans une dynamique plus large que notre simple développement. Relever ce challenge ne sera pas évident, mais nous sommes prêts à y consacrer toute notre énergie. Car nous sommes convaincus que l’économie du partage va continuer de se développer.

22
décembre 9, 2015 9:40
Laissez vos commentaires

Vous avez quelque chose à ajouter? N'hésitez pas

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*