Les ménages les moins riches profitent aujourd’hui des stratégies généralistes des banques reposant sur des produits d’appel. Parallèlement, les Fintech interviennent sur des sous-segments financiers de plus en plus divers, mais soignent leur rentabilité en se concentrant sur les produits à plus forte marge. Dans le futur, l’abandon par les banques des produits d’appel pourrait se révéler catastrophique pour les ménages les plus fragiles.

Avec plus de 12 milliards de dollars levés en 2014, les Fintech sont sous les feux de la rampe. Est-ce pour autant la fin des banques traditionnelles ? Si les Fintech bouleversent aujourd’hui plusieurs segments de marché grâce à de nouveaux produits innovants, selon de nombreux observateurs, les banques ont encore de beaux jours devant elles. D’une part, car elles disposent d’une puissance financière qui va leur permettre d’investir dans les Fintech soit à travers des partenariats, soit à travers des acquisitions.

1% du volume d’argent prêté aux Etats-Unis

D’autre part, car même si elles affichent des valorisations très séduisantes, les Fintech restent aujourd’hui des entreprises de niche, souvent très récentes : par exemple, Lending Club, Fintech spécialisée dans le prêt, compte à peine pour 1% du volume d’argent prêté aux Etats-Unis.

Mais, si les Fintech ne « tuent » par les banques, elles pourraient contribuer à réduire la profitabilité du secteur dans son ensemble. Et selon un article du Time, ceci pourrait s’avérer catastrophique pour les particuliers, et surtout les ménages les moins riches. En effet, ceux-ci bénéficient jusqu’à maintenant des stratégies des banques traditionnelles qui reposent sur des produits d’appel pour séduire de nouveaux clients et qui acceptent de rogner leur rentabilité en faisant un pari sur l’avenir. Ceci garantit actuellement aux ménages les plus fragiles un accès aux services bancaires de base, dont ils ne pourraient plus bénéficier au même coût si les banques décidaient d’abandonner ces domaines moins rentables.

Lire l’article (en anglais)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *