Entreprendre sans banque, c’est possible, FinTech Mag l’a démontré. Reste à déterminer le secteur d’activité, et dans ce registre, la Fintech est-elle opportune ? À plus forte raison lorsqu’on souhaite développer de l’activité en France ?

Oui c’est possible.
Ce serait même un excellent choix si l’on en juge le résultat d’études, réalisée par la banque d’affaires Avolta Partners et relatée par Anne Drif pour Les Echos.

 

Les startups de la finance? Un créneau porteur en France

Car la Fintech serait en France « le créneau le plus prometteur en termes de capitaux levés. Malgré des revenus relativement faibles (moins de 2 M€ en 2015), les startups de la finance ont concentré les levées parmi les plus élevées en France (plus de 6 M€), alimentant le phénomène de bulle. »

Ainsi, comme le précise la banque d’affaires, «le modèle des fintech repose le plus souvent sur un système économique de commissions, à l’instar du crowdfunding, dont les frais ne dépassent pas 5 %. » De quoi favoriser un effet de levier élevé entre le niveau de revenus et la valorisation.

Et les chiffres sont là : selon le dernier baromètre EY du capital-risque, un milliard d’euros a été injecté dans les startups françaises au premier semestre 2016. Comme l’indique Dominique Nora dans L’Obs, la France monte sur la deuxième marche du podium, chassant l’Allemagne et rivalisant ainsi avec la Grande-Bretagne. Cocorico !

 

Mais une meilleure valorisation à l’étranger

C’est que les entrepreneurs français bénéficient d’un environnement propice à la création de valeur. Incitations des grandes écoles d’ingénieurs à rejoindre les jeunes pousses, multiplication des incubateurs et autres lieux d’innovation, financements publiques et privées au beau fixe… les indicateurs sont propices au grand saut.

Un bémol toutefois. Les startups qui, tôt ou tard, ne traversent pas l’Atlantique finiraient pénalisées. Leur valorisation serait en effet entre cinq et dix fois moins importantes que leurs concurrentes américaines.

Noter de renforcer son Anglais…

 

En savoir plus

– Les pépites de la French Tech s’arment pour mieux se valoriser

– Les start-up fleurissent en France… et filent grandir à l’étranger

 

1
septembre 30, 2016 7:00
Laissez vos commentaires

Vous avez quelque chose à ajouter? N'hésitez pas

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*