Frédéric Lévy-Morelle, CEO de Look & Fin, permet aujourd’hui à ses clients d’obtenir plus facilement des crédits bancaires. À long terme ou à moyen terme, est-ce qu’une forme de concurrence pourrait intervenir avec les banques ? Il l’envisage, mais aujourd’hui, il nous parle plutôt de complémentarité. Décryptage.

Frédéric Lévy-Morelle - CEO de Look & Fin

Les plateformes de Crowdlending comme Look & Fin, sont-elles concurrentes des banques?

Look & Fin est une plateforme de prêt pour PME, nous leur permettons de structurer des financements non garantis auprès de particuliers. Nous avons réussi à lever aujourd’hui, un peu plus de 11 millions d’euros pour une petite centaine d’entreprises;  60 à 70 % d’entre elles ont par la suite, obtenu un financement bancaire.

Un exemple concret de complémentarité ? Nous avons récemment financé une entreprise qui nous avait été adressée par la banque. Son besoin s’élevait à 2,8 millions, or la banque avait donné son accord pour un financement à hauteur de 2,5 millions, à condition qu’un effort en fonds propre soit réalisé pour le solde de 300 000 €. C’est la que Look & Fin est intervenu pour structurer ce financement, ce qui a permis in fine d’obtenir le crédit bancaire de 2,5 millions.

Pourquoi sommes-nous complémentaire ? Parce que nous finançons des petits montants, entre 100 000 et 800 000 €, pour des TPE/PME, et que c’est un segment de marché peu rentable pour les banques à cause des contraintes réglementaires. Par ailleurs, les banques demandent systématiquement des garanties parfois très contraignantes pour l’emprunteur même à titre personnel, ce que nous ne faisons pas.

Avec le financement par crowdlending, vous pouvez donc faire un effet de levier sur la banque et obtenir in fine, un crédit bancaire.

Absence de garantie et réactivité sont nos valeurs ajoutées, nous confie Frédéric Lévy-Morelle

Nous avons deux types d’utilisateurs : les prêteurs d’une part, les emprunteurs d’autre part.

Pour les emprunteurs, notre proposition de valeur ne repose pas sur le prix : les taux d’intérêt pratiqués sont en effet plus onéreux car il n’y a pas de garanties demandées, contrairement aux banques. Quels sont les avantages alors ? Justement cette absence de garantie et la réactivité.

5 jours, c’est le délai moyen d’obtention d’un financement sur Look & Fin : 5 jours d’analyse et un délai de souscription inférieur à 4 minutes, là où une banque mettra en moyenne 3 à 4 semaines. Cette réactivité est donc un enjeu clé pour les emprunteurs, qui sera couplé à la visibilité apportée par la fédération d’un certain nombre de prêteurs qui deviendront ambassadeurs de la marque.

Du point de vue des prêteurs, l’intérêt est très clairement la possibilité d’investir dans l’économie réelle moyennant un rendement attractif. Aujourd’hui, sur les 11 millions d’euros qu’on avait financé à ce stade, le taux moyen réalisé est supérieur à 8 % pour un taux de défaut inférieur à 0,5 %. C’est une réelle alternative au placement traditionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *