Héméra, c’est un accélérateur de start-up crée début 2016 par quatre entrepreneurs : Julien Parrou (ConcoursMania), Benoît Droulin (Azendoo), Grégory Lefort (Azendoo) et David Ducourneau (Sports Aventure).

Le projet est né d’un constat : la forte dynamique économique de la région bordelaise qui attire chaque année de plus en plus de startups. Et d’une conviction : que ces jeunes pousses ont besoin pour se développer d’être accompagnés.

« Nous avions chacun de notre côté déjà porté des initiatives innovantes et investi à titre individuel dans des startups » explique Julien Parrou. « De ces expériences, nous avons tiré l’enseignement que les entrepreneurs ont besoin de mentors. Pas dans le sens où nous aurions la prétention de leur dire ce qu’il faut faire. Mais pour leur éviter de commettre les erreurs qu’on a pu faire par le passé ».

Ce « mentorat », ils l’envisagent plutôt comme un « coup de pouce qui peut faire la différence ». Un coup de pouce qui consisterait par exemple à introduire les bons interlocuteurs au bon moment, à défricher la jungle des modèles économiques pour trouver le plus adéquat, à réfléchir ensemble sur les déploiements à envisager pour atteindre son marché, à colmater les problèmes techniques et à encourager le lien entre les équipes par du team building.

Qui sont les heureux élus ?

Sur les 200 candidatures reçues, Julien Perrou et ses associés en ont retenu 12. « On a regardé deux choses » précise le co-fondateur d’Héméra : « D’abord la qualité de l’équipe, car avoir à son bord des femmes et des hommes qui ont un potentiel est essentiel à la réussite d’un projet. Ensuite, le potentiel de marché du projet, qui, selon nos critères, se doit d’être mondial ».

Côté ressources, les heureux élus bénéficient des conseils d’un mentor dédié, qui répond à la demande, ainsi que du conseil plus stratégique d’un mentor entrepreneur, encore aujourd’hui l’un des quatre associés, qui font figure de parrain.

Héméra, un modèle économique original

Héméra ne prend pas immédiatement part au capital.  « Ou plus précisément, nous prenons une action nominale qui nous permettra d’être associés aux décisions et d’être présents à la levée de fonds » explique Julien Perrou. Une distance qui se justifie par la nécessité de « faire ensemble un bout de chemin pour voir si on fonctionne bien ensemble ».

Et à la différence d’autres accélérateurs qui se délestent de leurs parts aux premiers investisseurs venus, Héméra, au contraire, investit de l’argent au moment où ces derniers entrent au capital. Une logique de partage de risque qui permet d’aligner ensemble stratégiquement la conduite du projet. Et une manière aussi de « diminuer le taux de casse » postule Julien Perrou.

Une triple actualité

D’abord, un partenariat avec le G de GAFA, Google évidemment. « Ils recherchaient un partenaire en région. On s’est rencontrés et on a tout de suite été en phase. Google va fournir des avantages gratuits pour les startups accélérées par Héméra, comme l’hébergement en cloud par exemple, et faire intervenir des experts, notamment sur le référencement, la génération de trafic, les adwords. En échange, nous offrons la possibilité à Google de présenter ses produits et lui donnons de la visibilité dans notre écosystème ».

Parce qu’une bonne nouvelle ne va jamais seule, Héméra est en train de clôturer une levée de fonds de 2 millions d’euros, provenant pour l’essentiel d’acteurs bancaires locaux (CIC, Crédit Mutuel Arkéa, Expanso) et de la BPI.  

Enfin, confie Julien Perrou, « nous allons investir d’ici mi 2018 une vieille halle d’embouteillage d’alcools, en plein centre de Bordeaux, où nous disposerons d’environ 175 à 200 postes ».

Comme quoi, jamais deux sans trois.

 

2
mai 17, 2017 1:10
Laissez vos commentaires

Vous avez quelque chose à ajouter? N'hésitez pas

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*