Fintech Mag vous a présenté, début février, le nouveau fonds d’investissement en Venture Capital entièrement dédié aux Fintech, lancé en novembre 2015 par NewAlpha. La société vient d’annoncer la finalisation de son premier investissement, qui a débouché sur une augmentation de 2,3 M€ du capital de Heoh, le spécialiste du don sur terminal de paiement. La parole aux intéressés.

Heoh est née en 2012 de la rencontre d’experts bancaires et en philanthropie qui ont conçu et mis au point des solutions innovantes de financement des associations. Inspirée par des modèles éprouvés en Angleterre et aux Etats-Unis, Heoh répond à un triple défi : permettre d’augmenter le financement des associations tout en les pérennisant ; concevoir et mettre en place un nouveau circuit de collecte de fonds embarqué sur les paiements par carte bancaire ; et permettre au consommateur de donner du sens à sa consommation (concept du « conso-donateur »), tout en  invitant les marques à s’impliquer également socialement.

NewAlpha vient d’annoncer une prise de participation dans Heoh, à travers son fonds d’investissement entièrement dédié aux Fintech et Asssurtech. Cet investissement – le premier du fonds lancé en novembre 2015 – a mené à l’augmentation de capital de Heoh, à hauteur de 2,3 M€. Heoh va ainsi financer le développement de sa plate-forme technologique de dons sur terminaux de paiement.

Fintech Mag a contacté Ghislain d’Alançon, Président et co-fondateur de Heoh, ainsi que Lior Derhy, Directeur du Private Equity chez NewAlpha, pour commenter cette annonce.

Fintech Mag : Ghislain d’Alançon, pourquoi avoir choisi ce mode de financement ?

Ghislain d’Alançon : Heoh est une start-up qui a réalisé d’importants investissements pour mettre au point sa plate-forme technologique. Depuis 5 ans, nous investissons massivement dans notre R&D, l’innovation, les technologies et les aspects réglementaires. Pour mettre en route notre plate-forme et initier notre déploiement commercial, nous avions d’importants besoins en capitaux.

Nous entretenons une triple culture : tout d’abord, comme je viens de vous l’expliquer, nous cultivons un esprit de start-up et évoluons dans l’univers du paiement électronique au sens large (dans lequel figure par exemple l’Etat qui intervient au niveau réglementaire). Parallèlement, notre culture est également industrielle. Face à la complexité des réglementations auxquelles nous devons nous conformer, nous développons des pratiques industrielles pour garantir la fiabilité de notre plate-forme. Dans le même esprit, lorsque nous choisissons des sous-traitants, nous mettons la priorité sur les entreprises qui affichent des références bancaires. Enfin, nous considérons détenir un rôle social : 1€ de chiffre d’affaires correspond à environ 10€ d’impact social.

Ainsi, nous sommes très fiers aujourd’hui d’accueillir NewAlpha à notre capital. Ce fonds est très institutionnel, ce qui correspond au monde dans lequel nous évoluons au quotidien. Nous parlons le même langage et partageons les mêmes intérêts. Parallèlement, NewAlpha nous propose un véritable partenariat gagnant-gagnant : la société nous accompagne bien sûr dans les aspects financiers, mais également dans l’affinage de notre stratégie et dans le développement commercial. Enfin, la valeur ajoutée de notre plate-forme technologique intéresse fortement les partenaires financiers de NewAlpha, qui sont très attentifs aux développements technologiques qui pourraient valoriser leurs propres offres.

Fintech Mag : Qu’est-ce qui caractérise l’offre de Heoh ?

Ghislain d’Alançon : Heoh est non seulement une plate-forme d’intermédiation financière entre des commerçants et des conso-donateurs, mais également un hub d’informations. Notre offre consiste à aider les associations et ONG à collecter plus de fonds, notamment à travers un nouveau circuit de collecte de fonds embarqué sur les paiements par carte bancaire.

Nous avons mis au point des solutions innovantes de financement d’associations, comme par exemple notre solution de don sur terminal de paiement. Nous allons bientôt proposer un dispositif du même type qui reposera sur une carte de crédit solidaire. Parallèlement, nous initions également un projet de crowdfunding pour un institutionnel. Notre ambition est de généraliser les systèmes de « don en un clic » et tout notre travail consiste à fluidifier et sécuriser les processus composant cette démarche. Par exemple, nous proposons un relevé de déduction fiscale multicanal.

Le financement des ONG est aujourd’hui dans une situation complexe. La morosité économique s’ajoute à la baisse des soutiens gouvernementaux. Pourtant, les besoins sociaux, culturels, humanitaires, écologiques et médicaux ne cessent d’augmenter. Simultanément, les citoyens prennent peu à peu conscience de leur responsabilité sociale, ce qui a une incidence certaine sur leur consommation ; on le voit clairement sur le Bio ou le « made in France ». En retour, les enseignes et les marques font évoluer leurs pratiques pour tenir compte de ces nouveaux comportements et ont donc besoin d’un accompagnement expert. Enfin, les paiements par carte se multiplient, ce qui, à notre sens, constitue un autre catalyseur du développement de la « conso-donation ». Ce contexte réclame une approche nouvelle, que nous avons l’ambition de développer, avec le soutien de NewAlpha.

Fintech Mag : Lior Derhy, qu’est-ce qui vous a séduit dans le modèle de Heoh ?

Lior Derhy : Le contexte est paradoxal : d’un côté les ONG manquent cruellement de capitaux alors que les aspirations de responsabilité sociale n’ont jamais été aussi fortes. Heoh concilie ces besoins de manière facile et indolore pour les donateurs et simple pour les enseignes, tout en valorisant leur marque. En effet, Heoh est un spécialiste du paiement électronique, qui a développé une solide expertise à la fois technologique et réglementaire. L’ambition de ce pionnier de l’économie collaborative est de collecter 60 M€ de dons dans les cinq prochaines années, à travers la fourniture de solutions innovantes aux commerçants et à l’écosystème mondial des paiements et des ONG. Heoh a été labellisé « Entreprise Innovante en Finance Solidaire » par le Pôle de Compétitivité France Innovation, tout en scellant de nombreux partenariats avec des acteurs majeurs du paiement et des nouvelles technologies, comme Ingenico, IBM (partenaire industriel), Microsoft (Partenaire technique) et Aveo Groupe (un leader de la monétique bancaire et de l’informatique de proximité). La société collabore en outre avec des ONG prestigieuses, comme France Alzheimer ou CCFD Terre Solidaire. La force de ses solutions réside dans le fait qu’elles ne nécessitent aucune modification du logiciel de caisse du commerçant, ni de son système comptable. De plus, ce n’est pas l’agent de caisse ou le vendeur qui propose au consommateur de faire un don, mais le terminal de paiement lui-même, au moment du règlement. Le don est traçable de bout en bout, le conso-donateurs est fidélisé et la production des déductions fiscales est automatisée.

La philosophie de Heoh, qui combine rentabilité économique, intérêt du commerçant et impact social, s’inscrit parfaitement dans la démarche socialement responsable que NewAlpha s’attache à promouvoir au sein de l’industrie financière. Enfin, la qualité de son management (qui allie une connaissance profonde des technologies de paiement et une expertise étendue du marché de la philanthropie), l’intérêt exprimé par nos partenaires institutionnels qui participent à notre fonds d’investissement et notre analyse de ses projets de développement futurs nous ont convaincus d’intégrer son capital.

168
mars 22, 2016 8:37
Laissez vos commentaires

Vous avez quelque chose à ajouter? N'hésitez pas

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*