Face à la déferlante des Fintech, les banques sont accusées de tous les maux : trop lourdes, incapables de se réinventer, appartenant au passé… les sociétés financières traditionnelles seraient peuplées d’incapables et vouées à disparaître rapidement. Si l’on frise le plus souvent la caricature, les banques sont conscientes d’être confrontées à une évolution qu’elles peinent à maîtriser. Voici quelques clés pour y parvenir, parmi lesquelles : les services.

Confrontées à l’émergence des Fintech, les banques semblent sans réaction. Mais ceci n’est qu’une impression. Ebranlées sur leur cœur de métier par l’apparition de nouveaux modèles bancaires, eux-mêmes favorisés par de récentes évolutions réglementaires, les institutions financières ont senti la menace poindre. D’une part, avec leur puissance financière, elles ont les moyens de résister, notamment en forgeant des partenariats privilégiés avec des start-ups, voire par le biais d’acquisition. Mais d’autre part, au-delà des aspects financiers, elles ont conscience de la nécessité d’entamer une véritable révolution culturelle.

Banques : temps réel et expérience client à l’ordre du jour

Deux éléments majeurs sont au cœur de la croissance des Fintech : le temps réel et l’expérience client. Le secteur financier, comme l’ensemble des activités économiques mondiales, est entré dans une période de changement rapide, symbolisé par la montée en puissance des méthodes Agile. Par ailleurs, à l’ère d’Internet, les consommateurs toujours plus exigeants, ont pris le contrôle de leurs dépenses et se montrent de moins en moins fidèles. La réactivité doit donc être immédiate et l’avantage concurrentiel s’obtient désormais grâce à l’analyse de données (connaissance client et analyse prédictive).

Dans cette période du « tout gratuit », les banques entrevoient leur salut dans l’ innovation. Au-delà des fonctions d’avant-garde offertes par le foisonnement de nouvelles technologies, elles doivent innover en termes de service pour délivrer une valeur ajoutée à leurs clients. C’est le cas par exemple d’une banque brésilienne qui finance, à travers des programmes de crowdfunding, l’achat de voitures neuves moins chères et réservées à ses clients. Ou d’une banque ukrainienne qui se lance dans le e-commerce. Le remue-méninge a commencé, avec les services au centre du terrain de jeu.

Lire l’article (en anglais)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *