Dans la série, « Les fintechs, objet de toutes les convoitises de la part des institutionnels », le cabinet d’audit luxembourgeois PwC a publié ce lundi un rapport d’études, « Redrawing the lines: fintech’s growing influence on Financial Services », qui dresse un état des lieux de l’appétit et des motivations des corporates vis-à-vis des jeunes pousses.

Selon l’étude, réalisée à partir d’un panel issu de 71 pays, 82% des entreprises de services financiers envisagent de collaborer davantage avec les fintechs dans un futur proche. Un futur proche ? Trois à cinq ans exactement, pour près de quatre entreprises sur cinq. Qui sont ces acteurs institutionnels ? Pour l’essentiel, des banques, des assureurs, des gestionnaires d’actifs. Objectif notable : ces entreprises attendent un retour sur investissement de 20% ces prochaines années.

 

Un rapport gagnant-gagnant

Si l’on se penche un instant sur les motivations qui guident cette volonté de rapprochement, la principale reste la crainte grandissante de ces acteurs de voir les fintechs grignoter leur marché. Et derrière, l’angoisse de voir un « wannabe » GAFA faire main basse sur son activité. Un chiffre : 88% des 1 308 répondants estiment réelle cette menace sur leur activité.

Ce rapprochement de raison serait, à en croire le rapport, une aubaine pour chacune des parties, institutionnels comme startups. Pour ces dernières, faire entrer des acteurs historiques de la finance dans leur capital et bénéficier de leur fichier clientèle n’est pas le moindre des attraits. De l’autre côté, il ressort que s’associer aux fintechs représente le meilleur moyen pour les entreprises d’externaliser des pans entiers de leur R&D et de concrétiser leur stratégie, leur permettant au final d’offrir de nouveaux produits aux clients, beaucoup plus rapidement.

Un rapport gagnant-gagnant en somme que perçoivent en majorité les institutionnels, qui sont 60 % à voir dans l’émergence des fintechs l’opportunité de développer leur gamme de produits et services. 46% d’entre eux y voient aussi une chance de développer leur capacité d’analyse des données.

Alors menace ou opportunité ? Selon le rapport, 60% des répondants – issus de 71 pays – estiment que l’émergence des fintechs représente une opportunité de développer leur gamme de produits et services.

 

Les blockchains sur toutes les langues

Au niveau mondial, selon PwC, utiliser la technologie mobile pour faciliter l’accès des clients à la finance pourrait ouvrir un segment démographique d’une valeur de 3 milliards de dollars au secteur des paiements. Le rapport note aussi que les startups qui appliquent l’intelligence artificielle aux services financiers ont été largement financées, recevant en moyenne 1 milliard de dollars par an ces deux dernières années. D’ailleurs, l’intelligence artificielle, ainsi que les données et outils analytiques qui s’y rapportent, seront utilisés par les institutionnels pour former leurs clients à prendre les meilleures décisions.

Autrement dit, la prise de conscience des atouts d’une telle collaboration remet en question les modèles des acteurs traditionnels, qui tentent d’intégrer de nouveaux services et technologies.

Ainsi, les blockchains ne sont plus pour les institutionnels ce concept abstrait que l’on agite comme un étendard sans pourtant vraiment savoir de quoi il retourne. D’abord, près d’un quart des financiers internationaux affirment aujourd’hui très bien, voire extrêmement bien connaître cette technologie.

Ensuite, le rapport d’étude révèle que 77% des établissements financiers internationaux prévoient de l’adopter d’ici à trois ans dans leurs systèmes de production. Preuve de cet engouement, en 2016, le financement des startups blockchains a augmenté de 79 % par rapport à 2015, pour atteindre 450 millions de dollars.

Au fond, ce qui attire dans les blockchains, ce sont les perspectives d’économies potentielles qui seront réalisées au niveau administratif ainsi que les gains en termes de transparence que les blockchains produiront. Les blockchains seront-t-elles demain l’un des moteurs de la croissance de l’industrie financière ? Certains semblent d’ores et déjà le penser.

 

0
avril 14, 2017 10:14
Laissez vos commentaires

Vous avez quelque chose à ajouter? N'hésitez pas

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*