Ça bouge ! La réglementation européenne en matière de services de paiement doit évoluer d’ici le printemps prochain, via la directive sur les services de paiement dite « DSP 2 ». Les agrégateurs devraient bénéficier d’une ouverture pour accéder aux données bancaires de leurs utilisateurs. De leur côté, les banques traditionnelles tentent de convaincre les autorités européennes de limiter cet accès.

Parviendront-ils à trouver un terrain d’entente ? Les agrégateurs, ces services Web innovants permettant aux utilisateurs de faciliter leur gestion financière en présentant, entre autres, l’ensemble de leurs avoirs sur une seule page, ont besoin pour fonctionner d’accéder aux données bancaires des clients. Oui mais voilà, les établissements financiers sont réticents à partager ces informations sensibles.

Les arbitrages de l’Union européenne, prévus début 2016, devraient éclaircir le paysage. Très attendue par les jeunes pousses, la directive sur les services de paiement (DSP 2) doit notamment fixer les conditions d’accès aux sacro-saintes données bancaires, ainsi que les responsabilités de chacun en matière de sécurité. Les agrégateurs, en Europe, espèrent ainsi être reconnus comme intervenants dignes de confiance. Un sésame indispensable pour affronter les géants du Web sur un pied d’égalité.

Lire l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *