Actuellement les Initial Coin Offering ou ICO sont en passe de détrôner le crowdfunding en matière de financement participatif. Selon une étude de CoinDesk, les startups de la blockchain ont levé 327 millions de dollars via des ICO contre 295 millions de dollars via des VCs depuis le mois de janvier.

ICO : la nouvelle manière de lever des fonds

Désormais, les entreprises qui recherchent des financements n’ont plus à attendre des mois pour lever des fonds. Grâce à l’ICO, il est possible de lever des millions d’euros en quelques heures. Le principe est simple. Sur des plateformes d’échanges dédiées — dont la plus utilisée est ShapeShift, une entreprise suisse fondée en 2013 — les startups en quête de financement acquièrent des jetons numériques appelés tokens. Les investisseurs intéressés échangent leurs crypto-monnaies (Bitcoins, Ethers… ) contre des tokens. Ce système d’échanges permet à des milliers de projets d’être financés en même temps sur un même réseau de blockchain.

Pourquoi les cryptomonnaies ont-elles autant de succès ?

La transparence et la sécurité des transactions effectuées sont les principaux atouts des cryptomonnaies. Cependant, elles séduisent également par leur capacité à être personnalisables indéfiniment. L’exemple le plus flagrant est le LeclercCoins, un point de fidélité numérique obtenu à partir d’une transaction bitcoin réalisée via le protocole Colored Coins. Ce protocole permet de combiner des informations externes à des opérations courantes de bitcoin, d’où son intérêt pour la place financière et économique. En effet, le Nasdaq utilise le Colored Coins sur sa blockchain Linq depuis le mois de juin 2015 pour stocker et assurer la sincérité de ses informations.
Aujourd’hui, les ICO sont des technologies matures qui révolutionnent l’économie mondiale et font l’objet de sommet international, notamment à New York avec le Token Summit. Un sommet qui met en avant (entre autres) le nouveau style managérial instauré par la blockchain.

Un nouveau mode de management avec la blockchain

Aujourd’hui, les organisations en pyramide dont ont fait preuve les entreprises du Cac 40 sont dépassées. Le numérique a fait émerger de nouveaux modes de fonctionnement horizontaux. Avec la blockchain, la tendance est à l’approche transversale, où toutes les données sont réunies dans un seul et unique programme informatique pour embrasser la forme d’un actif unique stocké sur un registre numérique : le token. Ce registre est transparent et sécurisé et rend possibles les échanges, l’identification, le vote et les différentes opérations financières.
PwC France et Afrique francophone est l’une des pionnières de cette nouvelle approche. Avec son équipe de 25 experts en cybersécurité, big data, data science et audit, elle entend révolutionner les modes de gouvernance dans les entreprises.

La genèse de nouveaux métiers

Cette nouvelle gouvernance induit fatalement à la création de nouveaux postes, c’est incontestable. Pour les entreprises qui comptent intégrer la blockchain dans leur processus de production — 77 % des établissements financiers vont adopter les blockchains dans un avenir proche selon une étude prospective de PwC auprès des fintechs — il est primordial d’acquérir de nouvelles aptitudes professionnelles qui seront à même de répondre à leurs nouveaux besoins. Les formations professionnelles jouent un rôle majeur dans ce processus, et permettront à terme au développement de la blockchain.

Parmi ces nouveaux métiers, l’on note l’architecte de registres distribués, un poste qui nécessite de fortes connaissances en technologie, en économie et en sociologie. La formation pour ce métier sera effective à partir de septembre 2017 à l’ESGI.

Le défi pour la blockchain est de faciliter le passage de la finance au numérique. Pour cela, il est évident que tous les composants de cet écosystème doivent se réinventer. Certains spécialistes de la blockchain sont déjà opérationnels, mais l’enjeu consiste à développer des compétences qui permettront aux entreprises de maitriser ce nouvel environnement pour perdurer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *