Interviewé à l’occasion de Bordeaux Fintech 2016, Olivier Goy, CEO et fondateur de Lendix, nous parle de crowdlending. Retranscription.

Qu’est ce que le crowdlending ? D’un point de vue littéral, le crowdlending signifie « le financement par la foule ». En réalité, c’est un terme désuet, remplacé progressivement par celui de « plateformes de prêt »Lendix s’inscrit dans cette démarche car il permet à des investisseurs privés comme institutionnels de prêter de l’argent à des entreprises, que ce soit des TPE, des PME et même des entreprises de taille intermédiaire. Et tout ça est possible en France, car la réglementation a permis depuis octobre 2014, l’ouverture du monopole bancaire.

Olivier Goy, CEO de Lendix

 

Le marché du financement bancaire est gigantesque

Le marché du financement bancaire est gigantesque, il représente près de 80 milliards d’euros, contre 80 millions d’euros pour les plateformes de prêt. Un montant qui peut sembler modeste pourtant nous sommes persuadés de la viabilité du marché. Pourquoi ? Parce que si l’on choisit de forcer le trait, les banques voient le monde en blanc ou en noir. Noir, elles n’ont pas envie de prêter car les entreprises manquent de viabilité. Et, blanc, elles prêtent dans des conditions qui sont aujourd’hui extraordinaires (les taux n’ont jamais été aussi bas), mais il y a des « mais ».

Premier « mais », les banques manquent de réactivité pour donner leur décision de crédits. Et deuxième « mais », les marges étant tellement basses, qu’elles ne peuvent prêter sans se surprotéger. Se surprotéger, ça veut dire demander une caution, une contre garantie, éventuellement, imposer des covenants, etc.

Lendix permet d’avoir une décision plus mesurée : nous finançons des entreprises qui empruntent normalement au niveau des banques, auprès des banques, mais qui ont simplement, à un moment donné, un besoin qui ne colle pas exactement à leur savoir-faire.

La Fintech révolutionne l’expérience utilisateur

La révolution de l’expérience utilisateur est une valeur intrinsèque à la Fintech. Chez Lendix, on se distingue car nous en avons deux types : les prêteurs et les emprunteurs.

Côté prêteur, l’UX est fantastique. Vous ouvrez en quelques minutes un compte via votre smartphone et pouvez prêter de manière instantanée de l’argent à une PME en un simple clic.

Côté emprunteur aussi, ça change tout. Parce qu’entre le moment où vous avez envie de faire un prêt et le moment où vous obtenez ne serait-ce que le premier rendez-vous avec une banque, il peut s’écouler plusieurs jours, voire semaines. Chez Lendix, c’est très différent : à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, que ce soit samedi, dimanche ou en milieu de semaine, vous pouvez vous connecter sur notre plateforme, faire un test d’éligibilité, une demande de prêt et si vous nous fournissez rapidement toutes les pièces nécessaires, avoir votre argent à disposition en 48h.

Un point commun : la rentabilité

Depuis sa création en octobre 2014, Lendix a prêté à des entreprises extrêmement diversifiées. De petites entreprises aux très grosses, avec 400 000 € de chiffre d’affaires ou 200 millions d’euros, mais toujours avec un point commun : la rentabilité.

Nous ne prêtons donc pas à des start-ups, mais à des entreprises qui sont déjà établies. Aujourd’hui, nous avons pris un leadership assez clair sur le marché français : 1 euro sur 2 prêtés sur les plateformes passent par Lendix.

2
décembre 26, 2016 8:00
Laissez vos commentaires

Vous avez quelque chose à ajouter? N'hésitez pas

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*