Les récentes acquisitions de « Lepotcommun.fr » par le Groupe BPCE et de Leetchi par Crédit Mutuel Arkea illustrent d’une part le dynamisme du marché des « cagnottes en ligne » et d’autre part, la volonté des acteurs financiers établis de renforcer leur positionnement sur le marché des Fintech. Plutôt que de développer elles-mêmes de nouveaux services numériques, elles préfèrent capitaliser sur l’expérience des startups, tout en leur donnant les moyens de développer leurs activités.

Crédit Mutuel Arkéa investit dans les Fintech

Depuis quelques années, le Crédit Mutuel Arkéa, pionnier de la banque coopérative en France et aujourd’hui acteur majeur de la bancassurance, a développé une stratégie d’ouverture à de nouveaux métiers et de nouveaux marchés qui s’est traduite par plusieurs acquisitions. Notamment celle de Monext, un spécialiste du paiement en ligne dont l’application Payline est utilisée par Amazon France. En 2006, la banque s’était déjà distinguée en lançant Fortuneo, devenue depuis 2ème banque en ligne française, puis en participant en 2013 au financement de Blablacar.

En septembre 2015, la banque coopérative a annoncé l’acquisition de 86% du capital de Leetchi, pour plus de 50 M€, assortie d’un investissement de plus de 10M€ pour développer ses activités à l’international. Le spécialiste de la « cagnotte en ligne » affiche déjà plus de 4 millions d’utilisateurs, ainsi qu’une présence internationale en Espagne et en Allemagne, et bientôt au Royaume-Uni.

Le Crédit Mutuel Arkea a parallèlement lancé en juin 2015 Kengo, une plate-forme de financement participatif dédiée à la Bretagne, en partenariat avec le Groupe de presse « Le Télégramme ». De plus, elle est actionnaire de Prêt d’Union depuis 2011, et a accru sa participation à 35% en 2013. Avec l’acquisition de Leetchi, le Crédit Mutuel Arkéa « conforte sa place de partenaire de référence des nouveaux acteurs de la finance en ligne et mise sur la collaboration entre les acteurs traditionnels et les FinTech. La banque va également renforcer son expertise dans le secteur des paiements et compléter son offre à destination des grands acteurs du commerce en ligne, en particulier des places de marché » (cf. communiqué de presse).

Groupe BPCE, du paiement aux achats collaboratifs

Fin octobre 2015, c’est au tour du Groupe BPCE, à travers sa filiale S-money, d’annoncer l’acquisition de 85% du capital d’une pépite des Fintech : Lepotcommun.fr, un autre spécialiste de la cagnotte en ligne. Une annonce pas vraiment surprenante, Lepotcommun.fr utilisant depuis quelques mois la solution d’encaissement pour compte de tiers de S-money.

Avec deux millions d’utilisateurs, la jeune pousse a l’ambition de devenir le leader européen du paiement communautaire. Le volume de cagnotte créées en ligne a cru cette année de 180% et la force du service réside dans sa viralité : une personne créant une cagnotte invite en moyenne 12 autres personnes, dont 3 créeront à leur tour leur propre cagnotte.

En 2014, Lepotcommun avait acquis deux Fintech – ses concurrents français Bankeez et Commonbox – malgré une absence de levée de fonds significative (seulement 200 000€ levés contre 6M€ pour Leetchi). Son acquisition par S-money devrait lui donner les moyens d’une part de se développer à l’international (avec l’Espagne en tête des priorités) et d’autre part à étoffer l’offre de S-money, composée aujourd’hui d’une solution d’encaissement mobile, d’un portefeuille électronique pour étudiants et d’une solution de transfert d’argent via Twitter. Le développement de la société passe par la création de nouveaux services visant à simplifier les achats à plusieurs.

Le décryptage de Guillaume-Olivier Doré

Expert des Fintech internationales« Bien que spectaculaires du fait des montants de leur valorisation, ces deux opérations ne sont pas le reflet d’une tendance générale, dans un univers encore composé de projets en forte croissance. Les deux startups étaient des partenaires commerciaux de longue date des sociétés qui les rachètent aujourd’hui, et avaient développé des processus métiers communs dans l’univers du paiement. Dans l’opération Leetchi, CM Arkea a mis la main sur la pépite du groupe basée en Angleterre, MangoPay, qui s’était fortement développé. Et pour lepotcommun.fr, il s’agit d’une intégration verticale.

« On assiste aujourd’hui à un phénomène qui vient des Etats-Unis et que l’on désigne sous le mot d’intégration : plutôt que d’acheter au prix fort des sociétés arrivées à maturité, les acteurs établis sont prêts à financer en interne la maturité des projets via une acquisition. Il s’agit surtout d’intégrer des compétences et d’utiliser les savoir-faire, afin de les valoriser progressivement.

« Parallèlement, ces deux opérations démontrent qu’il est difficile de concilier la vision industrielle long terme d’une entreprise et la vision de création de valeur capitalistique d’un capital-risqueur. Ils évoluent sur deux temporalités différentes. Lors d’un tour de table financier, la vision économique d’un acquéreur industriel se déploie sur 10 à 15 ans, alors que l’investisseur cherche à rentabiliser plus rapidement son investissement (en moyenne 7 ans). Dans les faits, Arkea a continué à investir dans Leetchi, alors que les investisseurs financiers ont eu l’occasion de se retirer.

« Je suis convaincu que, plutôt que des opérations de rachat par des industriels, on devrait d’abord assister à des opérations de rapprochements entre Fintechs du même segment. Le principal segment des Fintech dont la maturité peut laisser penser que des opérations de rapprochement vont survenir est le crowdfunding (environ 40 opérateurs aujourd’hui).

« Au-delà de ces considérations, cette annonce est une excellente nouvelle pour l‘écosystème : ces opérations démontrent que Fintechs et banques peuvent vivre ensemble dans un univers de « coopétition ». Par ailleurs, les partenariats opérationnels et commerciaux sont absolument nécessaires aux Fintechs pour s’établir durablement sur tel ou tel segment de marché, servant « d’aiguillon » aux banques ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *