Les Fintech bousculent le monde de la finance traditionnelle notamment grâce à leurs capacités d’adaptation. Dans un secteur où la disruption guette, les big data apparaissent comme un élément déterminant de la stratégie de développement des entreprises. Focus sur les tendances importantes à surveiller en 2016.

L’industrie financière a toujours généré des données de façon massive, mais a eu tendance à en négliger la véritable valeur jusqu’à présent. L’arrivée de nouveaux entrants dont le modèle économique repose sur un usage intensif des nouvelles technologies incite l’ensemble des acteurs à intégrer les big data dans leurs stratégies pour en tirer un avantage compétitif. Cependant, les défis à relever sont nombreux.

La plupart des entreprises s’équipent d’outils et d’infrastructures génériques sans tenir compte des problématiques métiers spécifiques. Mais les plus futées ont adopté une approche différente, centrée sur les cas d’usage — comme le respect des normes, la cybersécurité ou la surveillance des marchés dans le domaine financier — et le développement de solutions ad hoc. Cette méthode, qui envisage les big data comme un service, représente l’avenir car elle est opérationnellement efficace et stratégiquement agile.

VERS UNE DEMOCRATISATION DE L’ACCES AUX DONNEES

Une autre tendance devrait émerger des « lacs de données » cette année, à savoir l’enrichissement des sources de données avec des informations sémantiques. Avec des montées en charge rapides rendues possibles par les outils des big data, tel Hadoop, il devient possible d’interroger les immenses jeux de données des entreprises à travers des modèles métiers comme l’ontologie FIBO (Financial Industry Business Ontology) de l’EDM Council. En outre, cette évolution vers un accès plus fluide au sens de l’information participe de la démocratisation de ces technologies, autrement dit élargit leur potentiel d’utilisation bien au-delà des seuls experts des données et des grandes entreprises. Ainsi, grâce à une meilleure définition des cas d’usage et à la baisse des coûts des solutions d’hébergement et de calcul distribué, les analystes financiers et les PME devraient aussi largement bénéficier de la démocratisation des big data, à partir de cette année.

Enfin, toutes ces initiatives autour des big data dans l’industrie financière vont renforcer le besoin de gouvernance des données. Des standards permettant de définir des bonnes pratiques et d’évaluer la qualité des données ou la compétitivité sont en cours d’élaboration au sein de l’EDM Council. En plus de renforcer la conformité, ces avancées replacent le client au centre des préoccupations dans un secteur bouleversé par le dynamisme des start-up technologiques.

0
mars 29, 2016 8:28
Laissez vos commentaires

Vous avez quelque chose à ajouter? N'hésitez pas

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*