A l’occasion du dernier Bordeaux Fintech, Audrey Stewart a accordé une interview exclusive à FinTech Mag. Entre présentation d’Origin Investing, la première plateforme de financement des entreprises en placement privé dont elle est co-fondatrice et COO, et décryptage du besoin de coopération entre banques et Fintech, retrouvez son analyse.

 

Audrey Stewart, Co-founder & COO at ORIGIN Investing

Origin Investing, la première plateforme en dette privée pour les PME

Nous proposons des financements entre 1 et 5 millions d’euros pour les PME à partir de 10 millions d’euros de chiffres d’affaire. En effet sur le marché aujourd’hui, les financements inférieurs à 1 million d’euros sur les besoins matériels et le court terme sont très bien financés par les banques; il existe également de nombreuses plateformes de crowdlending qui saturent ce marché du financement auprès des TPE et petites PME.

En revanche, il n’existe aucune solution concrète pour les PME entre 10 et 100 millions d’euros de chiffres d’affaires : bancarisées à plus de 95 %, elles recherchent des sources alternatives de financement. C’est là qu’Origin Investing intervient en démocratisant pour les PME, le placement privé habituellement réservé aux grandes entreprises et aux ETI.

Origin Investing vient d’obtenir un agrément de prestataire de service d’investissement (PSI) auprès de l’AMF et de la CPR. C’est l’agrément le plus solide pour ce type de métier qui nous permet de n’avoir aucune limite en termes de montant de financement des entreprises. Chez Origin Investing, nous commençons les opérations à 1 million d’euros de financement, et du côté des investisseurs, il n’y a aucune limite. Nous pouvons aussi bien traiter avec des investisseurs professionnels que particuliers, même si aujourd’hui nous nous concentrons principalement sur les investisseurs institutionnels. Origin est en effet capable de leur offrir du rendement avec des investissements dans l’économie réelle, et notre profil de PSI les rassure et nous permet de collaborer avec eux sur le long terme.

 

50% de nos effectifs sont des experts techniques

Origin Investing, c’est aussi une équipe technique qui nous permet de développer en interne des technologies propriétaires de scoring d’entreprises. De grandes quantités de données sont donc traitées par une intelligence artificielle et une analyse sémantique afin d’extraire des signaux faibles. Le scoring quantitatif des entreprises, c’est connu, tout le monde le fait. Il y a de très grandes entreprises qui le font très bien. En revanche, lorsqu’on investit dans une PME, la qualité du dirigeant, la satisfaction des clients du produit ou du service vendu est très importante. Et nous sommes capable d’évaluer ces éléments avec du scoring qualitatif et quantitatif.

 

Fintech et banques, une collaboration indispensable

La collaboration entre les Fintech et les banques est à mon sens indispensable. On a en face de nous des acteurs américains, des Google, des Apple, des Facebook et même des Alibaba, qui peuvent avoir un impact énorme sur le marché. Il est donc primordial de combiner les forces en France et en Europe, entre les Fintech et les banques.

Les Fintech ont un dynamisme et une capacité technologique qu’envient les banques. Mais elles ont également besoin des banques pour se développer, notamment d’un point de vue réglementaire. Il y a donc une forte chance pour que cette collaboration se développe au niveau du back-office pour les banques,  et du front-office et de l’usage client pour les Fintech.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *