France Fintech a été créée en juin dernier pour fédérer les start-ups françaises du secteur. Elle regroupe déjà une quarantaine d’entreprises. Sa mission est de porter haut la voix des Fintech, notamment dans les négociations avec l’Etat et les régulateurs financiers, tout en augmentant leur visibilité auprès des acteurs traditionnels de la banque et de l’assurance, ou de l’investissement.

Présidée par Alain Clot, un ancien de la Société Générale et du Crédit du Nord aujourd’hui responsable d’une place de marché spécialisée dans les échanges d’actifs, France Fintech s’est dotée d’un Comité Directeur représentatif du secteur, composé de 7 membres – il regroupe des acteurs du paiement électronique ou mobile, de la gestion de la trésorerie ou de l’affacturage, du crowdfunding, du prêt aux entreprises, de l’assurance vie et de l’épargne. La création de l’association est justifiée par le fait que le secteur est régi par des règlementations spécifiques, ce qui n’est pas le cas d’autres segments du secteur du numérique.

Selon l’association, outre sa présence dans les négociations avec les régulateurs financiers, France Fintech va permettre d’initier un dialogue avec les banques et assureurs traditionnels, tout en donnant plus de visibilité au secteur auprès de l’écosystème international d’investisseurs. En effet, les Fintech anglo-saxonnes s’étant fédérées depuis quelques mois déjà dans plusieurs associations, les Fintech françaises ne voulaient pas rester à la traine. La création de France Fintech a été saluée par Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat chargée du Numérique et Michel Sapin, Ministre de l’Économie et des Finances.

Lire l’article

En complément :

Le site de France Fintech

et une vidéo du Président de France Fintech qui rappelle ses missions.

A lire sur Fintech Mag :

« La France et les Fintech »

et « Lancement de l’ incubateur de Truffle »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *