Les investissements dans les fintechs dans le monde ne cessent d’augmenter. Comme le prouve KPMG (spécialiste de l’audit et du conseil, NDLR) dans son étude « The Pulse of FinTech ». En effet, l’étude montre que les fonds mondiaux investis dans les fintechs ont progressé de 24 % en 2017. Ainsi, ils s’élevaient à 31 milliards de dollars en 2017 contre 25 milliards de dollars en 2016. Cette tendance à la hausse s’observe également dans les transactions réalisées. De fait, elles ne se chiffraient qu’à 1 076 en 2016 contre 1 134 en 2017.

Une année marquée par le comeback des méga-deals

Selon l’étude de KPMG, l’année 2017 marque aussi le retour des méga-deals. Trois méga-deals anglo-saxons sortent ainsi du lot. Qui sont-ils ? Il s’agit entre autres du rachat du fournisseur de données financières, l’américain Bankrate, pour 1,44 milliard de dollars. Et ce, par l’entreprise de marketing numérique Red Ventures. Il y a également l’investissement de l’américain BluePay dans le secteur Payments/Transactions pour 760 millions de dollars. Sans oublier le britannique Trayport qui a investi 730 millions de dollars.

D’ailleurs, rien que la réalisation des 10 deals les plus importants a représenté 5,3 milliards de dollars en 2017. Autrement dit, 17 % des investissements mondiaux dans les fintechs. Le secteur payments/transactions accapare d’ailleurs le top 10 des méga-deals avec 4 fintechs pour un volume de 31 %.

2017 : la France en grande forme

KPMG note également à travers son étude que 2017 a constitué une année record en France. Effectivement, les fonds levés ont bondi de 84 % pour atteindre 318 millions d’euros via 64 deals. Alors qu’en 2016, les fonds levés correspondaient à 172 millions d’euros. Cette croissance se constate aussi au niveau du ticket moyen des opérations. De 3 millions d’euros en 2016, il est vite passé à 5 millions d’euros en 2017.

« Le début de l’année 2018 témoigne de la poursuite d’une tendance dynamique du marché des levées de fonds fintechs en France, avec déjà près de 110 millions d’euros de fonds levés à travers plus de 10 opérations – soit déjà l’équivalent de l’année 2015 à elle seule. » Dixit Mikaël Ptachek, responsable de la practice FinTech chez KPMG.

Insurtech et Blockchain : des segments très en vue

L’étude de KPMG a dressé en outre la liste des segments qui ont le plus cartonné en 2017. Les domaines de l’Insurtech et de la Blockchain ont ainsi progressé sur les levées de fonds en capital-risque. Et ce, que ce soit en nombre de deals ou de fonds levés. Ainsi, en 2017, on a enregistré, pour l’Insurtech, 247 deals pour 2,1 milliards de dollars de fonds levés. Dans le secteur de la Blockchain, on a compté 92 deals pour un montant de 512 millions de dollars.

À noter que les segments du prêt en ligne et de la Regtech s’inscrivent aussi en forte hausse.

Étude de KPMG : quelles perspectives pour 2018 ?

L’étude « The Pulse of FinTech » n’a pas manqué non plus de donner ses prévisions pour 2018. « L’année 2018 devrait confirmer la progression constatée en 2017 à la fois en termes de maturité des fintechs établies, et en poursuite de création de valeurs sur des sujets plus nouveaux, tels que l’IA, la blockchain ou les regtechs. », déclare Fabrice Odent, associé KPMG, responsable du secteur banque.

 

L’année 2018 s’annonce donc très prometteuse pour les fintechs, tous secteurs confondus. De belles perspectives de croissance qui ne s’arrêteront certainement pas en de si bon chemin !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *