Les 8, 9, 10, 11 et 12 janvier derniers, la capitale du jeu a revêtu son costume de capitale de l’électronique grand public pour 5 jours de démonstrations sur les dernières innovations technologiques à l’occasion du CES 2018 ou Consumer Electronics Show. Cet évènement a été marqué par l’omniprésence de l’intelligence artificielle. Retour sur le CES 2018.

L’intelligence artificielle conditionnera notre futur

Pour ce CES 2018, 255 000 ² ont été mis à la disposition des 4500 exposants venus là pour montrer au grand public leurs dernières innovations. Ce qui en ressort, c’est que l’IA est une tendance qui se confirme.

Objets connectés, voitures autonomes, réalité virtuelle, mobilité… rien ne lui échappe. Il faut dire que depuis 2017, l’IA a révolutionné bon nombre de produits. Des voitures aux appareils électroménagers en passant par les appareils audio et vidéo, la commande vocale est sur tous les fronts pour faire de notre maison un foyer hyper connecté. Et notre quotidien beaucoup plus doux.

Les grands noms de l’IA se sont en tout cas donné beaucoup de mal pour faire valoir leur assistant virtuel. Le but ? Devenir un acteur majeur de l’intelligence artificielle en promettant l’autonomie totale partout, Mais si l’IA permet véritablement de faciliter notre quotidien, c’est souvent au détriment des interfaces graphiques et de la dimension matérielle des produits. En effet, l’on note : « une faiblesse des interfaces graphiques qui s’effacent derrière une voix tierce qui est difficile à démontrer » a affirmé Olivier Ezratty, consultant spécialisé dans les stratégies d’innovation dans le secteur des objets connectés et l’intelligence artificielle. En tout cas, « l’internet des objets est partout… avec des applications pratiques pas toujours identifiées », selon Stéphane Toullieux, fondateur de TLLX.

La voiture connectée : la grande tendance du CES 2018

Trois grands thèmes ont été abordés dans l’automobile lors de cette édition. La connectivité, la voiture électrique et la voiture sans chauffeur, le sujet « hype » de ce CES 2018. Si la connectivité est bien réelle, l’arrivée de la 5G en 2019 aux États-Unis accélérera encore plus la mise en circulation des voitures sans chauffeur.

Pour l’heure, le plus gros défi est de trouver des alternatives aux batteries lourdes. En fin de compte, elles offrent très peu d’autonomie. Avec des acteurs majeurs de composants électroniques comme Nvidia — qui a conclu des partenariats avec de nombreux constructeurs automobiles —, Intel, STM, le développement des voitures sans chauffeur est en bonne voix.

En tout cas, bon nombre de sociétés ont proposé des solutions pour améliorer véritablement le confort et la sécurité des passagers. Sans oublier ces firmes qui proposent des voitures électriques pour optimiser les smart cities. Et améliorer les transports en commun, les livraisons à domicile, etc.

Les objets connectés continueront d’améliorer notre quotidien

Depuis quelques années, les objets connectés ont changé notre manière de vivre. Mais le CES 2018 a plutôt mis l’accent sur les offres b2b2c. En effet les innovations représentaient surtout des objets connectés reliés aux entreprises, notamment les opérateurs Télécom.

La grande nouveauté de cette édition, c’est la miniaturisation des objets pour économiser de l’énergie. À l’heure où l’avenir de la planète représente un enjeu de taille, cela tombe à point nommé. Gradients de température, mouvement, lumière, ondes électromagnétiques, l’objectif est de généraliser l’energy harvesting en alimentant les capteurs via l’énergie ambiante.

LG, Samsung, Haier… figurent parmi les acteurs majeurs des objets connectés. Effectivement, si les appareils électroménagers connectés ont un bon écho auprès des consommateurs, ce n’est pas le cas des accessoires. Comme les montres l’Apple watch qui, malgré des fonctionnalités très intéressantes a du mal à convaincre, NDLR. Ou les robots, très peu représentés au CES 2018 d’ailleurs.

Ce CES 2018 a mis en exergue l’omniprésence de l’intelligence artificielle. Et ses limites. Même si l’IA fait incontestablement partie de notre quotidien, la commande vocale est encore loin de tenir ses promesses. Car il est plus facile actuellement (et plus rapide aussi) d’appuyer sur un simple bouton plutôt que de dire à un assistant de faire les tâches à notre place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *