Rencontré à l’occasion de Bordeaux Fintech, Anne-Laure Navéos du Crédit Mutuel Arkéa nous livre sa vision de l’écosystème et des innovations qui le bousculent. Retranscription.

Je suis Anne-Laure Navéos, directrice de la croissance externe et des investissements stratégiques chez Crédit Mutuel Arkéa. Ce qui m’intéresse dans des évènements comme Bordeaux Fintech, c’est de voir cette pérennisation. Chaque année, il y a toujours cette même énergie, ce dynamisme qui nous permet de faire des rencontres passionnantes. L’écosystème fintech est en perpétuel renouvellement, on voit beaucoup de nouveaux projets arriver, donc je pense que d’une année sur l’autre, ce qui change, c’est la maturité de projets, des gens qui se sont lancés.

Entre Paris et Bordeaux, la réelle différence c’est sans doute la taille des évents. Ici c’est très familiale, on a vraiment le temps d’échanger et d’imaginer ensembles de nouvelles choses. Car même si l’on vient en temps que speaker, il est indéniable qu’à chaque événement, nous avons des choses à donner… mais également à recevoir. C’est tout l’intérêt de cet écosystème d’innovation.

Et c’est ça notre esprit au Crédit Mutuel Arkéa : favoriser la rencontre et de tirer tout le profit de cet échange permanent de bonnes idées, de bonnes pratiques et de beaux projets à faire ensemble.

Arkéa, c’est un groupe en pleine réinvention, donc qui est en pleine ébullition sur l’ensemble de ses métiers. Qu’il s’agisse de banque de détail, de banque d’entreprise, d’assurance, on a des projets dans tous ces domaines; avec bien entendu des stades de maturité différents, en fonction justement, aussi de la maturité du marché.

On essaye toujours de suivre cette intuition de départ, qui est de dire le modèle “traditionnel” va être de plus en plus complété par d’autres services qui sont capables de s’intégrer au plus proche du besoin du client. Si vous avez besoin de passer votre permis de conduire et que vous recherchez un financement, peut-être qu’un jour, vous pousserez la porte d’une agence, mais peut-être qu’avant ça, quand vous vous serez renseigné sur internet ou quand vous serez allé dans l’auto-école, il y aura eu quelqu’un pour vous proposer une offre très bien conçue.

C’est ça qu’on accompagne en coopérant, en innovant en interne et en favorisant le plus possible les bonnes idées dans tout notre écosystème.

Ce qui change dans le métier de banquier, ce n’est pas tant le besoin auquel ça répond, auquel les banques répondent, mais c’est plutôt la façon dont on accède aux services bancaires. Et effectivement, c’est cette question d’accessibilité où en plus de cette organisation traditionnelle de guichet unique, de site unique dans lequel on peut trouver une offre hyper large, on voit que le digital permet d’aller s’intégrer dans plein de frontières qui sont dans des univers qui n’étaient pas nativement des univers bancaires.

Pour le mot de la fin, on souhaite une longue vie à Bordeaux Fintech qui est un évènement toujours riche de rencontres et plein d’énergie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *