Deux jours après l’entrée en vigueur de la nouvelle directive européenne sur les services de paiement ou DSP2, Bankin annonce avoir obtenu le précieux sésame. Un agrément qui lui permet d’avoir le même statut que les banques et d’assurer des services financiers ultras sécurisés.

Bankin : toujours une longueur d’avance

Il faut dire que Bankin a tout mis en œuvre pour obtenir cet agrément de bonne heure. À commencer par le recrutement d’un collaborateur chargé spécialement de suivre l’évolution de la nouvelle directive. Et de faire en sorte que Bankin réponde aux nouvelles règles et exigences de la DSP2, tant au niveau des services qu’elle propose en ce moment, que dans ses futurs challenges. Cette anticipation lui vaut aujourd’hui d’être la première fintech française et européenne à être régulée avec un cadre juridique en accord avec les exigences européennes. Dans la foulée, la solution de paiement de Bankin « Bridge API » dédiée aux professionnels de la finance est aussi agréée.

« L’obtention de cet agrément concrétise nos intensifs efforts déployés depuis plusieurs mois. Mais elle incarne surtout la reconnaissance par les autorités et la place financière de notre rigueur et de la sécurité de nos activités et de nos systèmes, ainsi que de notre capacité à répondre aux exigences très strictes du secteur bancaire, tout en étant à la pointe de l’innovation » a expliqué Joan Burkovic, PDG de Bankin.

Bankin songe à s’attaquer à la gestion d’actifs

Bankin ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Le prochain défi ? Devenir un interlocuteur de choix dans la gestion de l’argent : épargne, crédits, etc. En plus d’être un conseiller financier privilégié. Grâce à un coach personnel aux fonctionnalités innovantes et à la DSP2, Bankin proposera aux consommateurs de nouveaux services bancaires révolutionnaires qui répondront à leurs attentes, et ce sur tous les plans.

« Nous entrons dans une nouvelle dimension et allons pouvoir accélérer notre ambition première : être le conseiller privé de confiance qui rend service au quotidien et innove pour une nouvelle relation bancaire simple, efficace et libérée », continue Joan Burkovic.

Un coup de pouce de l’ACPR et de la Banque de France

Cet agrément express, Bankin l’a obtenu grâce à l’appui de l’ACPR ou Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et de la Banque de France. Comment ? En mettant en place un dispositif spécifique qui permet d’accélérer le processus d’obtention de l’agrément.

Notons également la réactivité de l’État — par l’intermédiaire du ministère de l’Économie et de la Direction Générale du Trésor — qui a fait de la DSP2 une directive de droit national dès 2017. « Dans ce long processus, il faut souligner la grande volonté d’agir des pouvoirs publics, de l’ACPR et de la Banque de France. Au vu des enjeux qui en découlent, nous devons nous réjouir que la France soit un marché moteur pour l’innovation dans le secteur financier et tout faire pour que cette dynamique positive perdure ». C’est sur ces mots que le PDG de Bankin a conclu le communiqué de presse qui a annoncé officiellement cette nouvelle.

En tout cas, cet agrément de Bankin fait de la France le nouvel eldorado des fintechs innovantes tricolores et internationales.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *