La fin d’année est là, il est temps de faire un bilan des grands événements de 2018. !

Qu’est-ce qui a marqué le secteur de la finance et des technologies ? Quelles ont été les grandes annonces et les acteurs qui se sont démarqués ?

[Cet article est non exhaustif et ne reflète pas l’ensemble des actualités de l’année 2018 !]

🎉Lancements

Février : Le projet Niort Tech a vu le jour et lancé un accélérateur dédié aux Assurtech françaises.

L’initiative a été créée par la MAIF, MACIF, MAAF, IMA, Groupama Centre Atlantique, ainsi que le Medef des Deux-Sèvres et la Communauté d’agglomération du Niortais, la Mutuelle de Poitiers sur le territoire de l’assurance française à Niort. Cette année, l’accélérateur a accueilli cinq premières Assurtech : Testamento, Lucine, Insituo, Coorganiz et Fotonower.

La conversation croisée avec Bruno Lacoste, Président de Niort Tech

Mai : Ouverture de La Place, lieu de rencontre de la Fintech, situé en plein coeur du Palais de la Bourse.

150 événements y sont organisés par an. L’adhésion est gratuite la première année pour les entrepreneurs et startups de la Fintech.  Après des travaux de réaménagements, La Place a été inaugurée à l’automne.

L’interview de Maëlla Sourivong, manager de La Place

Septembre : Coinhouse en partenariat avec HEC et Polytechnique lancent un programme théorique et pratique de 50 heures intitulé « Blockchain and cryptoassets ».

L’objectif est de former aux nouveaux métiers comme ICO analyst, ingénieur blockchain, ou intégrateur altcoin. La formation est réservée aux étudiants de HEC Paris  (MS Entrepreneurs) et de Polytechnique (MSc Deep Tech).

La conversation croisée avec Nicolas Louvet, CEO de Coinhouse

Octobre : La Regtech à succès Fortia a décidé d’ouvrir son propre accélérateur dédiée aux Regtech dans ses locaux parisiens.

L’accompagnement dure 6 mois et se fait aux côtés d’une quinzaine de data-scientist internes à Fortia. Elle-même accompagné par l’accélérateur de L’Atelier BNP Paribas, Fortia veut renvoyer l’appareil pour une petite dizaine d’entrepreneurs par an.

L’interview de Reda Bouakel, fondateur et CEO de Fortia

Novembre : AngelSquare crée une structure d’investissement en early stage dédiée aux start-up de la banque et l’assurance.

Constitué d’un board d’investisseurs du secteur, la structure investira en Seed et Séries A dans les startups identifiées, avec un objectif de 6 deals par an, avec des tickets compris entre 100 00 et 500 000 euros.

L’interview de Charles Degand, fondateur et CEO d’AngelSquare

Novembre : La Poste retarde le lancement de Ma French Bank d’ici l’été 2019.

Initialement prévu pour 2017, puis 2018, le chantier démarré en 2015 ne cesse d’être repoussé. Les mauvais présages sont alimentés par les difficultés des services des concurrents comme Orange Bank qui a déjà essuyé 94 millions d’euros de perte en 2017 et 68 millions au 1er semestre 2018 ou encore le groupe BPCE qui a annoncé ne pas lancer sa néobanque Fidor annoncé deux ans auparavant.

💸 Chiffres et financements

Janvier : Ledger lève 75 millions de dollars en série B, auprès de auprès de Draper Esprit, Draper Venture Network, Korelya Capital, FirstMark Capital et Cathay Innovation. Il s’agit de l’un des plus gros investissements réalisés en série B dans le secteur de la blockchain et des cryptomonnaies.

Avril : L’Assurtech Alan lève lors de sa série A 23 millions d’euros.

Une levée de fonds record très médiatisée, réalisée auprès d’Index Ventures et Xavier Niel.

La conversation croisée avec Jean-Charles Samuelian, le fondateur et CEO d’Alan

Octobre : Avec 12 millions d’utilisateurs annuels, Leetchi est en forte croissance.

« En 2018, on fera plus de 2,2 milliards d’euros de volumes d’affaires.« , a annoncé Céline Lazorthes dans l’émission du Club Fintech du JDN.

La conversation croisée avec Céline Lazorthes

Octobre : La Fédération Bancaire Française révèle que les banques contribuent à 2,1% de la valeur ajoutée en France.

Les banques font partie des premiers employeurs du pays avec 1,9% de l’emploi privé, soit plus de 350 000 emplois en 2017 (avec plus de 40 000 recrutements la même année).

Novembre : Malgré les 200 millions d’euros levées par les Fintech françaises au premier semestre 2018, l’étude d’Exton Consulting et de Finance Innovation sur les startups de la finance révèle un chiffre d’affaire moyen plus bas que ce que l’on pourrait attendre.

77% ont un chiffre d’affaire annuel inférieur à 1 million et 54% de moins de 300 000 euros par an.

Notre chronique sur le chiffre d’affaire des Fintech françaises en 2018

Décembre52% des Fintech françaises développent des activités à l’étranger et 70% des membres France Fintech visent une implantation étrangère à horizon 2019.

👩‍⚖️ Législation

Janvier : La 2ème version de la Directive Européenne sur les Services de Paiement est entrée en vigueur en début d’année 2018.

Deux de ses mesures phares sont l’authentification forte pour les paiements de plus de 30 euros et l’obligation des banques à donner l’accès des données de leurs clients à des acteurs tiers – initiateurs de services de paiement ou prestataires de services, dont beaucoup de Fintech.

L’interview d’Andréa Toucinho sur les nouveaux services de paiement

Juillet : Un rapport a été remis à Bruno par Jean-Pierre Landau, afin de réfléchir et proposer des pistes d’actions sur l’encadrement des cryptomonnaies.

Le rapport est explicite : « Malgré les interrogations qu’elles suscitent, il n’est pas proposé de réguler directement les crypto-monnaies. Ce n’est aujourd’hui ni souhaitable, ni nécessaire ». Il propose toutefois de réglementer les plateformes d’échanges entre les acteurs des crypto-actifs et le système monétaire financier.

La conversation croisée entre Hubert de Vauplane et William O’Rorke

Septembre : La Commission Spéciale de l’Assemblée Nationale, en charge du projet de loi Pacte a adopté l’article 26 qui demande l’encadrement juridique des émissions de jetons numériques (ICO).

Ce texte définit précisément le terme “jeton” (“token”) et demande à l’AMF de réfléchir à un visa optionnel destinés aux porteurs de projets.

Novembre : Les perspectives économiques du Brexit et de son impact sur les Fintech ont fait parti des grands sujets de l’année.

Comme le précise Olivier Fliche, membre de l’ACPR : « Les grandes entreprises sont prêtes et ont les autorisations nécessaires [pour continuer à travailler en Europe], mais la question concerne les petits acteurs ». Notamment sur le sujet de la fin du passeport européens pour les Fintech britanniques qui doivent demander un agrément spécial pour pouvoir être présent dans les autres pays de l’EU.

La conversation croisée entre Philippe Gelis et Marie Garnier

🏦 Du côté des banques

Juin : Le groupe Société Général a annoncé l’acquisition de Lumo, la Fintech d’épargne participative dédiée aux énergies renouvelables, créée en 2012.

L’opération stratégique s’inscrit dans leur objectif de 100 milliards d’euros de financement à destination de la transition énergétique sur 2016-2020, avec une part de 15 milliards destinée aux énergies renouvelables.

Septembre : La Société Générale achète la Fintech Treezor, une plateforme de services bancaires en marque blanche, via des API.

Novembre : Et pourtant ! Deux études révèlent que les banques favorisent encore le financement des énergies fossiles au détriment des énergies renouvelables.

Les ONG Oxfam et Les Amis de la Terre alertent sur le fait qu’en 2016 et 2017, quatre des plus grands groupes bancaires français ont accordé 70% de leurs financements aux énergies fossiles.

Décembre : Les banques françaises s’engagent à ne pas augmenter les tarifs bancaires des particuliers en 2019 et à plafonner les frais d’incidents bancaires pour les publics les plus fragilisés.

Cette annonce fait suite à une réunion avec le Président de la République qui a réunit les groupes bancaires pour trouver des solutions face à la crise sociale et économique du pays.

Vous pouvez retrouver ici l’interview d’Alain Clot, Président de France Fintech, sur les tendances de la Fintech 2019.