Après une année de test, la blockchain et les cryptomonnaies enclenchent la vitesse supérieure. En effet 2018 sera l’année de la mise en pratique des solutions innovantes expérimentées par la finance et l’assurance. Cette année les consortiums blockchain tous secteurs confondus vont pousser comme des champignons.

La blockchain : une technologie qui a fait ses preuves

POC, MVP, prototypes, Labs… 2017 a été l’année de toutes les expérimentations. Les résultats ? La blockchain a permis aux acteurs qui s’y sont intéressés de réduire leurs couts. Et d’améliorer leur production. L’objectif pour 2017 ? Que ces expérimentations sur la blockchain profitent aux consommateurs.

Face à ce succès, il est à prévoir que d’autres secteurs vont adopter cette technologie. Ce sera le cas de l’énergie, du retail, des ressources humaines, du luxe, du voyage… Il est évident également que leur transformation se fera plus vite, car ils pourront s’inspirer de leurs ainés. Mais pas seulement, puisqu’ils vont bénéficier des solutions innovantes des startups leaders dans la blockchain.

La blockchain va également révolutionner L’IoT. In fine cette technologie permettra d’autonomiser l’exploitation des données et des transactions, ainsi que l’identification et la sécurité des objets. Depuis 2017 des projets sont en cours dans ce sens. Cette année de nouvelles structurations et des partenariats avec de grosses structures vont voir le jour. L’objectif ? Que les flux financiers et les informations entre les objets connectés se passent indépendamment des constructeurs.

La blockchain au service des startups et des consommateurs

D’un côté la blockchain et les cryptomonnaies vont permettre aux startups les plus prometteuses de sortir du lot. Depuis quelques années les jeunes pousses qui ont su tirer profit de l’intelligence artificielle ont attiré la sympathie des investisseurs (business angels, ventures capital, fonds d’investissement) et du grand public. Il est donc à prévoir que cette année, de plus en plus de startups vont leur emboiter le pas. Elles useront et abuseront de la blockchain et des technologies qu’il y a derrière (tokens, cryptomonnaies) pour devenir le Uber ou le AirBnB de leur domaine. Nul doute que le nombre d’ICO ou initial coin offering va littéralement flamber. Parfois au détriment des investisseurs (surtout des particuliers) qui ne comprennent pas encore ce mode d’investissement.

D’un autre cette nouvelle technologie émergente va permettre aux consommateurs de se passer des intermédiaires. Autrement dit, la blockchain va signer l’arrêt de mort des tiers de confiance. Cela a déjà commencé avec Arcade City, un projet fort de 70 000 utilisateurs américains qui a pour ambition de faire tomber le géant Uber. Des ICO et des applications ont déjà été lancés dans ce sens, et cela semble être sur la bonne voie. En tout cas d’autres projets de ce genre vont de plus en plus se développer en 2018.

Les cryptomonnaies vont commencer à se nationaliser

En début d’année, le market cap global des cryptomonnaies s’élevait à 636 milliards de dollars. Cela parait un grain de sable par rapport au gros volume des transactions réalisées sur les marchés financiers traditionnels (10 milliards de milliards de dollars en 2013), mais les cryptomonnaies ont un énorme potentiel. D’autant plus que le grand public et les institutions financières commencent sérieusement à s’y intéresser. Sans parler des pays qui commencent à réfléchir à l’émission d’une cryptomonnaie qui leur est propre.

En effet plusieurs États ont déjà parlé de cryptomonnaies nationales. Mieux ils font la course à celui qui réussira à mettre en place un token national le premier. C’est le cas de la Russie, du Vénézuéla, de l’Estonie, du Kazakhstan et de Dubaï. Leur but ? Devenir le pionnier d’une nouvelle ère numérique et économique.

La blockchain et les cryptomonnaies seront les nouveaux vocabulaires financiers de cette année 2018. Est-ce qu’ils tiendront leurs promesses ? L’avenir nous le dira.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *