Comme chaque année, Gartner vient de publier sa courbe des tendances sur les technologies hype qui vont révolutionner notre quotidien pour les 5 à 10 années à venir. Dans son « Hype Cycle for Emerging Technologies 2017 », deux tendances vont jouer des rôles cruciaux pour les fintechs.

FTM - diagramme blockchain et IA 1

L’intelligence artificielle rend la finance plus accessible

Depuis les travaux de Turing en 1950, l’intelligence artificielle a accompli un énorme bond en avant, grâce notamment au développement des technologies informatiques et des techniques algorithmiques. Pour Gartner, l’intelligence artificielle va prendre de l’ampleur dans les 5 prochaines années.

Robo-advisor : une arme qui révolutionne déjà le secteur financier

Avec comme cheval de bataille l’optimisation du service clientèle, les robo-advisors font désormais partie de l’univers bancaire. Premièrement, ces conseillers clientèle d’un nouveau genre réduisent significativement (de 58 minutes à 5 secondes) le traitement des demandes : ouverture de compte, crédit… et autres formalités.

Mais seulement ! Ils brillent aussi par leur rapidité de réponses et leur disponibilité à tout moment. Même à l’autre bout de la terre, le client peut formuler un ordre de virement ou de transfert d’argent. Sa demande est exécutée immédiatement. Ce qui signifie aussi des frais moins élevés.

D’ici 2 à 5 ans, les robo-advisors permettront aux fintechs et aux banques de personnaliser leurs services et d’adapter leurs offres aux profils de leurs clients. Concrètement, ils pourront émettre des prédictions et des recommandations pour chaque cas. Le défi consistera à protéger les données personnelles des clients. Une question qui devra faire partie du règlement européen sur la protection des données effectif à partir de mai 2018.

Le machine learning, un outil au service des utilisateurs

À l’instar de SESAMm et Walnut Algorithms dans la gestion d’actifs, de DreamQuark dans l’assurance ou PayPal qui utilise actuellement le machine learning pour réduire les nombreuses escroqueries dont étaient victimes les utilisateurs du site, les fintechs commencent à intégrer l’intelligence artificielle dans leurs offres. Pourquoi ? L’énorme potentiel de l’IA, notamment du machine learning dans la finance n’est plus un secret. En effet, elle joue sur plusieurs axes majeurs du métier.

D’abord, sur la satisfaction client. Le machine learning avec le chatbot en est encore à ses prémices en Hexagone, mais France Innovation est en train de changer la donne avec Hi Bruno, TacoTax et Aronia. Ces chatbots aident les utilisateurs non initiés à la finance dans la gestion de leur compte et de leur épargne. En effet, comme de véritables humains, ils répondent de façon naturelle à toutes les questions que peuvent se poser les utilisateurs. Prochainement, les chatbots auront la capacité de détecter l’humeur des clients via leurs voix et d’adapter leurs discours aux circonstances.

Ensuite sur l’amélioration de l’environnement des utilisateurs. L’utilisation du machine learning permettra d’automatiser l’analyse des données et de détecter les exceptions dans les 2 à 5 ans à venir. Concrètement, cela signifie que cette technologie émergente va sélectionner toutes les données pour ne mettre en avant que celles qui apporteront des informations pertinentes au client. Au niveau des requêtes, les réponses peuvent être communiquées sous forme de SMS ou vocalement.

Blockchain et finance : un duo inséparable

La blockchain n’est plus à présenter dans la finance. Les fintechs — LiquidShare, Lumo et récemment Falcon (qui vient de mettre en place un service de blockchain asset management et propose de la cryptomonnaie à ses clients, NDLR) — comme les acteurs traditionnels — FundsDLT — sont déjà convaincus de l’énorme potentiel de cette technologie disruptive. Souvent associée au bitcoin, la blockchain a d’autres atouts dans ses manches.

Transparence, sécurité, transactions commerciales qualitatives, limitation des tentatives de fraudes et d’arnaques surtout dans le secteur assurantiel ou elles sont courantes, réduction des risques de blanchiment d’argent et de financements d’attentats terroristes (ABBL a récemment intégré la blockchain dans son test de KYC dans cette optique) sont entre autres les avantages de la blockchain.

Comment ? Comme toutes les informations (nouvelles demandes, paiements en ligne, nouvelles souscriptions) sont inscrites sur un même registre accessible à tous les utilisateurs, il est quasiment impossible de changer un chiffre ou une date par exemple. À moins de disposer de grandes compétences… et énormément de temps, plusieurs années selon les experts.

Un grand pas a été réalisé, reste à savoir ce que l’avenir nous réserve. Mais au train où vont les choses, la nouvelle technologie facilitera incontestablement notre travail et notre quotidien. On croise les doigts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *