L’explosion du secteur des Fintech apporte son lot d’outils digitaux pour piloter ses finances et constituer son épargne. Il existe des solutions adaptées à toutes les bourses, que ce soit pour économiser en vue d’un prochain achat, se constituer une épargne ou pour gérer son patrimoine. Petite sélection d’applications et sites en lignes d’épargne digitale.

Les solutions de micro-épargnes, pour mettre de côté sans y penser

Différents outils existent pour vous permettre de vous constituer un petit pécule, ou une épargne de prévention. Chaque mois, semaine, ou à chaque dépense, vous pouvez mettre quelques centimes ou euros de côté en vue de vous prévoir un matelas financier disponible à n’importe quel moment, en cas d’imprévus notamment. Adossé à un objectif concret (nouveau vélo, téléphone, inscription au sport, formation, voyage, …) ou non, ces applications vous permettent de mettre de côté à intervalles réguliers. Beaucoup s’inspirent du micro-don, où le modèle vous propose d’arrondir vos achats à l’euro supérieur et les centimes supplémentaires vont directement dans une cagnotte que vous pouvez utiliser pour un motif particulier.

Zoom sur quelques applications :

BirdyCent, Sqirl (by mieuxplacer.com: ces applis, reliées à votre compte en banque (en toute sécurité), vous proposent d’arrondir à l’euro supérieur chacune de vos dépenses par carte bleue. Vous pouvez adosser un objectif et une échéance donnés pour vos économies (par ex. acheter un vélo, 150€, 90 jours).

Linxo, Bankin : ces applications vous permettent de suivre l’évolution de votre compte bancaire, de classer vos dépenses en différents postes, et donc de mieux gérer vos disponibilités mois après mois. Des fonctionnalités payantes vous proposent des outils d’épargne.

Les solutions de placements optimisés à moindre coûts

Dans un objectif de démocratiser les outils d’épargne jusqu’alors accessibles à une certaine clientèle avisée, plusieurs fintech se sont développées pour proposer simplement et en ligne des produits d’épargne. À partir de 500 ou 1 000 € pour la plupart, vous pouvez souscrire à une assurance vie, investir dans des fonds euros, acquérir des parts de fonds d’investissement, investir sur les marchés cotés, et suivre l’évolution de votre capital. Tous les outils pour comprendre les fonctionnements et évolutions vous sont mis à disposition, avec une grande transparence sur les frais appliqués. Ces sites et produits sont doublement plus accessibles que ceux proposés par les banques, assurances et fonds, à la fois d’un point de vue financier et d’un point de vue technique.

Grâce à de l’intelligence artificielle adossée à ces nouvelles solutions, les robo-advisors de ces fintech sont en mesure de vous conseiller en fonction de votre projet d’épargne, de votre appétence pour le risque et de vos centres d’intérêt.

Le tout, accessible depuis votre smartphone, tablette ou ordinateur.

Zoom sur quelques fintechs :

Yomoni : cette fintech vous propose une gestion déléguée de votre épargne, vous lui donnez donc un mandat afin qu’elle gère vos allocations. Plus de décisions à prendre, elle choisira pour vous la constitution d’un portefeuille d’investissements adapté.  Cependant, vous remplissez un profil épargnant à l’entrée, en spécifiant dans le détail vos possibilités, vos besoins, vos attentes et votre profil de risque. L’échelle de risque va de 1 à 10, ce qui vous permet d’établir finement votre profil et de bénéficier d’une allocation optimale de votre épargne.

Marie Quantier, Nalo : Contrairement aux deux précédentes, ces deux fintechs proposent une gestion conseillée. L’épargnant reste maître de ses placements et de son capital, mais avec des conseils très personnalisés en fonction du profil de risque et des disponibilités du client. Grâce à une technologie développée en interne, les robots advisors de ces sites peuvent proposer aux clients des conseils pour optimiser leur épargne. Les outils utilisés par les investisseurs institutionnels sont également mis à disposition (tendances des marchés, simulations de stratégies, évolutions de nombreux indices de référence, etc.).

Investir comme un capital-risqueur

Depuis la réglementation encadrant le financement participatif en France, plusieurs plateformes de crowdfunding proposent aux particuliers d’investir dans des start-up. Cette activité initialement réservée aux spécialistes du capital-risque est désormais accessible à la foule, qui peut prendre part au financement d’une jeune entreprise à fort potentiel à partir de 10, 100 ou 1000 euros. Grâce au crowdfunding, les particuliers peuvent investir dans des actifs non cotés, plus risqués et moins liquides que sur les marchés financiers et les placements garantis, mais potentiellement beaucoup plus rentables. Et surtout, ils peuvent choisir de financer un projet en particulier, qui leur tient à cœur, et injecter de l’argent directement dans la création d’emplois, la recherche, l’innovation. Qui plus est, l’investissement au capital de start-up permet aujourd’hui de bénéficier d’avantages fiscaux intéressants, puisqu’une partie des investissements réalisés peut être déduite de l’impôt sur le revenu ou de l’impôt de solidarité sur la fortune. Il faut bien sûr envisager d’investir sur le long terme et ne pas avoir besoin de son capital dans l’immédiat, mais il s’agit néanmoins de la classe d’actif la plus performante dans le temps.

Zoom sur quelques plateformes :

Lendix, plateforme de crowdlending : le crowdlending ou crowdfunding en prêt, permet à l’épargnant de prêter une certaine somme à une entreprise présentant un fort potentiel de croissance. L’entrepreneur s’engage à rembourser immédiatement ou après un certain délai, avec un taux d’intérêt bien plus intéressant que les bons de trésor ou obligations classiques. L’épargne peut être mobilisée plusieurs mois (jusqu’à 84), et donc impossible à utiliser pendant ce laps de temps, mais avec un rendement annuel pouvant atteindre entre 3 et 9,90% (avec un risque de perte en capital cependant). Lendix vous permet de prêter aux PME à partir de 20€ seulement.

Sowefund, plateforme de crowdequity : le crowdequity ou investissement participatif vous permet de prendre part au capital de start-up, en toute simplicité et à partir de petits montants. Il est bon à savoir que ce type de placement permet de bénéficier d’une fiscalité attractive car l’investissement dans les jeunes PME est vivement soutenu par l’Etat. Sur Sowefund par exemple, vous pouvez investir à partir de 100€, dans des dossiers innovants. La fintech s’occupe de toute la partie juridique et administrative, vous permettant d’investir directement depuis votre compte courant ou depuis un compte titre éligible. Votre capital est immobilisable pendant plusieurs années, mais le potentiel de rentabilité après la vente est important. Cette plateforme travaille en plus avec des partenaires investisseurs professionnels (business angels et fonds), qui co-investissent dans les mêmes dossiers, apportant du crédit supplémentaire à la qualité des start-up proposées.

Grâce à ces différentes solutions, et avec un capital de départ minime, vous pouvez vous initier à l’épargne telle que le proposent les banques d’affaires, les fonds, les assurances, le tout depuis chez vous et avec des conseils hautement personnalisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *