Les Français sont les champions européens de l’épargne. Selon la banque de France dans son étude sur l’épargne et patrimoine des ménages aux 2e et 3e trimestres 2017, ils mettent en moyenne de côté 14,4 % de leur revenu disponible brut. Sans condition de revenus, d’âge et de sexe.

Les Français épargnent… avec prudence

Depuis toujours, les Français sont mal à l’aise avec la finance. S’ils ressentent le besoin d’épargner, ils ne préfèrent pas prendre de risques. Épargner peu quitte à gagner peu, la majorité des Français y adhèrent. Et pour cause, ils estiment que les banques et les assurances ne sont pas transparentes au niveau de l’utilisation de leur épargne.

Selon le sondage Opinion Way pour mieuxplacer.com, avec une meilleure information sur les projets financés et leur viabilité, 63 % des Français seraient prêts à prendre plus de risques. Avec une fiscalité plus avantageuse, ce taux passe à 71 %. 62 % seraient même prêts à prendre des risques si leur épargne était destinée à soutenir des projets qui créent des emplois en France. En tout cas, 3/4 des Français souhaitent avoir leur mot à dire quant à l’utilisation de leur épargne.

Par ailleurs, les dernières crises financières et boursières ne sont pas pour encourager les Français à placer leur épargne sur des projets à haut risque. Ce n’est donc pas un hasard si le livret A — malgré une légère baisse des fonds collectés — et l’assurance-vie figurent en tête de lite des épargnes préférées des Français.

Pourquoi les Français épargnent-ils autant ?

3595 euros, c’est la somme que les Français épargnent par an en moyenne toujours selon le sondage d’Opinion Way. À quoi est destinée cette somme ? Principalement pour faire face aux mauvaises passes (pertes financières, chômage…) et faire de gros achats (logement, voiture…). Bizarrement, l’envie de faire fructifier son capital ne figure qu’à la cinquième position, et ne concerne que 19 % des épargnants.

Cette étude montre à quel point les Français sont prudents quand il est question d’argent. En partie parce que la finance et nous, cela fait deux. Ce n’est pas tout. Les Français ont une peur raisonnée de l’avenir (situation personnelle et situation économique du pays). D’ailleurs, ce même sondage a montré que 52 % des épargnants mettent de l’argent de côté pour préparer leur retraite.

Une nette évolution des placements à risque selon la banque de France

Malgré cette aversion des Français pour les placements à risque, l’on constate une augmentation de l’assurance-vie en supports euros. Mais également, des actions cotées et de l’immobilier. D’après l’étude de la Banque de France, le patrimoine financier brut a connu une hausse significative depuis 2015. La raison ? Les flux nets de placements ont augmenté. Il faut dire que la taxe unique sur les revenus financiers et la réforme de l’ISF ou impôt de solidarité sur la fortune mises en place par l’exécutif ont encouragé les épargnants à prendre plus de risques.

Aujourd’hui, 89 % des Français avouent que leur épargne ne génère pas suffisamment de rendements. Pourtant 13 % d’entre eux ne seraient pas contre un placement plus risqué si cela peut rapporter plus. Si des mesures d’allègement des impôts sont mises en place, par exemple une suppression de l’ISF pour les épargnants qui financent des entreprises et une exonération d’impôt pour ceux qui possèdent des actions d’entreprise, environ 53 % des Français seraient prêts à réorienter leur épargne vers le financement d’entreprise (Sondage Opinion Way pour Robin’Finance).

L’éducation financière des Français initiée par le gouvernement et la Banque de France commence à porter ses fruits. L’avenir nous le dira.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *