Bénéficiant du dynamisme apporté par les Fintech, le secteur de l’assurance est en pleine mutation. A l’image de la plupart des secteurs d’activité, le numérique le propulse dans une nouvelle ère. Ce que n’ont pas manqué de remarquer de grands acteurs tels que la Maif ou Allianz, qui soutiennent l’innovation à travers des accélérateurs ou des fonds d’investissement dédiés. Tour d’horizon.

Après Covéa, qui a lancé une structure d’investissement dans des start-ups innovantes en décembre 2014 et Allianz, qui a récemment créé un accélérateur de start-ups (hébergé dans le stade de football de Nice) orienté big data et objets connectés, la Maif annonce à son tour un dispositif de soutien à l’innovation – Maif Avenir – dédié au digital et à l’économie collaborative. Une stratégie motivée par un impérieux besoin d’innovation, à l’heure où les Amazon, Google, Uber ou Airbnb révolutionnent tous les secteurs de l’économie.

Sous-segment des Fintech, l’« InsurTech » est un concept imaginé par le pôle de compétitivité « Finance innovation » afin de fédérer et mobiliser les parties prenantes de l’assurance, assurés compris, autour de l’innovation digitale. Dans un livre blanc sur la transformation digitale dans l’assurance publié par le Pôle de compétitivité, une trentaine de domaines d’innovation prioritaires à mettre en œuvre dans les prochaines années est recensée. Parmi eux : confiance numérique, devoir de conseil digitalisé, autonomisation de l’assuré, crowdinsuring. France Innovation a ainsi créé en son sein un village de l’Insurtech, pour susciter l’innovation dans plusieurs domaines : dépendance, prévoyance, silver economy, etc. A ce jour, les financements publics destinés aux Fintech se chiffrent à 50 M€, pour plus de 500 projets, dont 200 labellisés par le Pôle de compétitivité.

Lire l’article