Encore un coup de maitre pour le français Ledger. Après un tour de table de 7 millions de dollars, il remet ça et réalise une levée de fonds de série B de 75 millions de dollars dans le secteur des cryptomonnaies.

Et de deux pour Ledger !

Alors que le secteur des cryptomonnaies vient de traverser une mauvaise passe avec le hacking de la plateforme NiceHash, tout semble aller pour le mieux pour Ledger. La jeune pousse française vient en effet de réaliser une levée de fonds de 75 millions de dollars. Plus précisément, auprès de Draper Esprit, Draper Venture Network, FirstMark Capital, Cathay Innovation et Korelya Capital. Il s’agit d’un fonds présidé par l’ancienne ministre Fleur Pellerin. « Notre motivation première était de trouver des partenaires financiers et technologiques pour nous aider à déployer nos solutions », a indiqué Éric Larchevêque, directeur général de Ledger. « Je suis ravi de pouvoir compter sur Draper Esprit et sur un groupe d’investisseurs véritablement mondial qui soutiendra l’entreprise au fur et à mesure de sa croissance » a-t-il poursuivi.

Un exploit ! Cette levée de fonds est considérée comme l’un des plus importants investissements dans le secteur de la blockchain et des cryptomonnaies, NDLR. Et il intervient quelques mois à peine après un tour de table de 7 millions de dollars. Ce qui porte à près de 80 millions de dollars ses levées de fonds réalisés auprès de grands investisseurs.

Si Ledger a d’abord été une startup qui permettait aux acteurs de la blockchain de faciliter les échanges de cryptomonnaies, la startup est aujourd’hui un expert dans la vente des clés de sécurité en relation avec ce secteur. « Ces fonds seront utilisés pour continuer à investir de manière significative dans la R & D tout en développant nos opérations et en déployant nos équipes à l’échelle mondiale », a continué le DG de Ledger.

Ledger : l’expert en sécurisation des portefeuilles matériels

Cet investissement permettra à la startup de déployer à grande échelle sa solution financière Ledger Nano S. Ce portefeuille numérique a séduit de nombreux utilisateurs pour son niveau de sécurité maximal. Le Nano S peut être utilisé même sur un appareil infecté par des virus, c’est dire !

Les investisseurs eux sont convaincus par l’énorme potentiel de Ledger. À l’instar de l’investisseur milliardaire en bitcoins Tim Draper qui n’hésite pas à dire : « Ledger crée une sécurité pour la cryptomonnaie bien au-delà de ce que je reçois de ma banque. C’est là que les gens stockent de l’argent maintenant. Ledger me permet de prendre le contrôle de ma monnaie plutôt que d’avoir à demander à ma banque. Nous voyons la monnaie numérique s’épanouir sur tous les continents. Et plusieurs fonds de Draper Network, de Silicon Valley, d’Europe et d’Asie se sont réunis pour financer Ledger et les aider à se développer à l’échelle mondiale ».

Ce n’est pas tout. Ledger prévoit de lancer une deuxième solution baptisée Ledger Vault. Cette offre s’adresse particulièrement aux banques, hedge funds et family offices pour les aider à gérer leurs actifs cryptomonnaies. Selon la startup, « Au fur et à mesure que l’intérêt pour les cryptomonnaies a augmenté, des problèmes de sécurité y ont également été associés. Dans ce contexte, il y a des opportunités substantielles pour améliorer la sécurité et la confiance des clients ».

Une startup qui vaut de l’or

Depuis son lancement en 2015 par 8 experts en cryptomonnaies, Ledger a connu une ascension fulgurante. Aujourd’hui, elle emploie près de 82 personnes réparties à Paris, Vierzon et San Francisco. Et dégage un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros, rien qu’en 2017. Cette année, elle espère monter ce montant à 100 millions d’euros. En tout cas, la startup ambitionne de devenir une référence européenne dans les applications de la blockchain, spécialement les cryptomonnaies.

Grâce à ses technologies de pointe et ses offres ultras sécurisées, Ledger a tout pour être le leader dans les opérations de sécurisation des portefeuilles matériels.