Si vous étiez loin des open-space en juillet et si vous avez coupé toutes vos notifications boulot pendant vos vacances, cet article est pour vous : nous vous avons résumé les 5 actus Fintech du mois de juillet à ne pas louper.

1. Levée de fonds record pour les Fintech françaises au 1ère semestre 2018

Les startups de la finance françaises ont levé plus de 200 millions d’euros depuis janvier 2018, soit plus qu’au cours de l’année 2016.

On compte une vingtaine de levées de fonds avec dans le top 3 :

Ledger : 61 millions d’euros (janvier)

Lendix : 32 millions d’euros (juin)

Alan : 23 millions d’euros (avril)

La Fintech Lendix a levé 32 millions d'euros en juin 2018

2. Le rapport sur les cryptomonnaies remis à Bruno Le Maire

Le 5 juillet 2018, Jean-Pierre Landau a remis son rapport sur la régulation des cryptomonnaies : le rapport précise que “Malgré les interrogations qu’elles suscitent, il n’est pas proposé de réguler directement les cryptomonnaies”. La démarche favorisée serait celle d’une régulation des interfaces des plateformes d’échanges et l’adoption d’un statut spécifique pour les prestataires de services en France.

Aucune proposition audacieuse ? Le rapport suggère que lors des JO 2024 une partie des billets soit sous formes de jetons émis sur une blockchain !

Jean-Pierre Landau, chargé d'une mission sur les cryptomonnaies par le ministre de l'économie et des finances

3. Arkéa lance le projet de filière d’excellence Bressst pour développer des fintech internationales

Arkéa a annoncé mi-juillet la construction d’une filière d’excellence à Brest pour les fintech mondiales. BRESSST (les 3 S pour « Smart, Sciences & Startup ») donne accès aux porteurs de projets à des expertises métiers et stratégiques, à des technologies (IA, blockchain, etc.) d’exécution et à des parcours personnalisés pour disrupter la chaîne de valeurs et le secteur.

Les startups seront accueillies dans un espace de 1200m² à Brest, et c’est la référence Fintech du Groupe Arkéa, Anne-Laure Naveos, qui en sera la coordinatrice.

Anne-Laure Navéos, coordinatrice de Bressst et Ronan Le Moal, directeur d'Arkéa

4. Adoption définitive au Sénat du texte sur la DSP2

Les débats sur la transposition en droit français de la DSP2 (Directive Européenne sur les Services de Paiement) auront été un vrai ascenseur émotionnel pour les Fintech du paiement. Les dernières nouvelles pour les Fintech françaises  :

  • Bankin’, Budget Insight et Linxo ont obtenu leurs agréments pour être authentifiées par les banques et accéder aux données de paiement des utilisateurs.
  • Ces mêmes agrégateurs voulaient étendre l’ouverture des données bancaires aux comptes d’épargne mais le texte définitif de la directive n’a pas été aussi loin. Les Fintech ne peuvent donc pas légaliser leur accès à toutes sortes de comptes et déplorent un vide juridique.

Les Fintech de crowdlending comme Lendix ou WeShareBonds utilisent désormais des API d’agrégateurs pour se connecter aux comptes des entreprises qui veulent emprunter via leurs solutions.

Le Sénat a définitivement adopté la DSP2 début juillet 2018

5. BlackFin Capital Partners close un fonds de 180 millions € dédié aux Fintech

La société de gestion française BlackFin Capital Partners a dépassé son objectif initial de 150 millions d’euros pour créer un des plus gros fonds fintech national : ce fonds d’investissement a vocation à financer les Fintech, les Insurtech et les Regtech de toute l’Europe, entre l’amorçage et la série C.

Pour gérer ce fonds, une équipe de 4 personnes est déjà constituée, avec 2 autres collaborateurs à venir, en plus d’un réseau de 40 Venture Partners pour sourcer les opportunités.

BlackFin Capital Partners dans ses bureaux parisiens