Dans une étude d’avril 2017, PWC annonce que 80% des banques, sociétés d’assurances et de gestion dans le monde ont l’intention de renforcer leurs partenariats avec les Fintech dans les 3 à 5 prochaines années. Le sentiment est partagé : du côté des Fintech, le World Fintech Report de 2018 réalisé par Capgemini, 75% des Fintech déclarent que leur premier objectif de business est de collaborer avec des entreprises traditionnelles.

Dans la presse, on annonce régulièrement l’association de Fintech avec des grandes banques et entreprises, que ce soit par des fusions-acquisitions (Compte-Nickel et la BNP Paribas, Morning et la Banque Edel, Fidor et le Groupe BPCE, etc.) des stratégies d’offres complémentaires (Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique et la Fintech niçoise Izicap), de l’investissement (le fonds d’Orange qui a investi dans les Fintech Monzo, ou Chain) de l’incubation.

Les experts annoncent de plus en plus de partenariats entre les startups et groupes traditionnels.

Mais avant de se lancer dans des relations avec des entreprises, les startups doivent garder en tête des processus et faits encore difficile à contourner.

1. LES DOMAINES FINTECH PRIVILÉGIÉS PAR LES BANQUES :

Les banques, assurances et sociétés de gestion sont 84% à penser que leurs clients utilisent déjà des services Fintech dans le paiement, 68% que leurs clients utilisent des services Fintech de transferts de fonds et 60% des services Fintech dans la gestion financière.

Il semblerait que les établissements soient moins méfiants sur les secteurs de l’assurance et de la gestion de fortune (38% dans les 2 cas).

Etude PWC sur l’influence de la Fintech sur les services Financiers

Secteurs dans lesquels les banques pensent que leurs clients sont déjà utilisateurs de services Fintech

2. LA DURÉE DES NÉGOCIATIONS :

En moyenne, la période de négociation d’un partenariat de distribution est de 5,6 mois.

20% des entreprises interrogées parlent de délais supérieurs à 6 mois.

Baromètre FrenchTech sur la collaboration entre startups et grands groupes en France

 

3. LES INTERLOCUTEURS :

66% des entreprises passent par leur service “Innovation” pour les partenariats avec les startups.

Si avant les structures étaient moins organisées, aujourd’hui tous les grands groupes ont des services Innovation. Ce sont avec eux que les startups entrent en contact et coordonnent les projets de partenariat.

Baromètre FrenchTech sur la collaboration entre startups et grands groupes en France

 

4. PROCESSUS D’ACHAT :

Malgré toutes les opérations médiatisées, 667 500€ sont dépensés en France chaque année par les grands groupes français pour se fournir auprès des startups. Soit seulement 0,1% part des budgets globaux de ces groupes dédient aux startups (plutôt qu’à d’autres fournisseurs).

Mais la bonne nouvelle, c’est que 75% des entreprises adaptent leurs processus d’achat aux startups et que 69% protègent la propriété intellectuelle de la startup lors d’une prestation.

Etude sur l’alliance des grandes et des jeunes entreprises « David avec Goliath », réalisée par Raise et Bain & Company

 

5. LES DIFFICULTÉS D’UN PARTENARIAT :

Même si les acteurs de la Finance collaborent avec les Fintech, certains blocages subsistent, notamment sur des questions de culture d’entreprise :

58% des établissement financiers évoquent des difficultés de stockage informatique, 44% des incertitudes réglementaires, et 40% des difficultés de management et de culture d’entreprise.

55% des Fintech pointent les différences de management et de culture et 48% les incertitudes réglementaires.

Etude PWC sur l’influence de la Fintech sur les services Financiers

Difficultés rencontrées dans les partenariats entre Fintech et établissements financiers
Difficultés rencontrées dans les partenariats entre Fintech et établissements financiers © pwc, 2017