Plus d’un milliard de dollars ont été levés par des startups londoniennes au cours des 6 premiers mois de l’année, dont 40% sont des Fintech. La capitale britannique combine en effet excellence technologique, maîtrise de l’innovation et savoir-faire financier, le tout enrobé d’un soutien très actif de son célèbre Maire. Entre Picadilly Circus et Tech City, les Fintech londoniennes voient la vie en rose.

Selon Accenture, plus de 10 milliards de dollars ont été investis dans les Fintech en 2014 dans le monde. Une enquête de London & Partners, entreprise chargée de la promotion de Londres, dévoile que sur les 1,47 milliards de dollars investis par les capitaux-risqueurs au Royaume-Uni, 1,18 milliards de dollars l’auront été dans des start-ups londoniennes, parmi lesquelles figurent 40% d’entreprises évoluant dans le secteur des Fintech. A elles seules, quatre Fintech auront bénéficié d’un montant global de financement atteignant 472 M$ au premier semestre 2015.

La municipalité soutient les Fintech

Si la comparaison avec la Silicon Valley parait encore périlleuse (5,05 milliards de dollars de financement par capital risque, au cours du seul premier trimestre 2015 !), Londres ne manque pas d’arguments pour séduire les investisseurs : elle bénéficie d’un important maillage de sociétés technologiques et innovantes, ainsi que d’une forte présence de la finance internationale. De plus, la ville bénéficie depuis 2010 d’un nouveau quartier d’affaires très dynamique – « Tech City », construit dans le cadre du vaste projet immobilier à l’Est de la ville, initié pour les Jeux Olympiques. Son programme d’accélération « Future Fifty » illustre le soutien de la municipalité et de son Maire, Boris Johnson, particulièrement actif dans la promotion de l’innovation.

Résultat, les investissements en capital-risque ont été multipliés par cinq en cinq ans et la contribution de l’écosystème numérique à l’économie nationale est estimée à 18 milliards de dollars en 2015.

Lire l’article (en anglais)