Les États-Unis et le Royaume-Uni ont été les premiers à en bénéficier. Aujourd’hui, c’est au tour de la France de profiter de la nouvelle fonctionnalité de Messenger : le transfert d’argent entre amis. Pas d’ouverture de compte, zéro frais, paiement en 24 à 72 heures, qui dit mieux ?

Messenger fintech : la nouvelle ambition de Facebook

C’était le 7 novembre dernier dans les locaux de Facebook à Paris. David Marcus, Vice-Président de Facebook et patron de Messenger a officiellement lancé sa nouvelle fonctionnalité en France. Pas si nouvelle que cela puisqu’elle est déjà disponible aux États-Unis depuis deux ans et au Royaume-Uni depuis le 6 novembre. L’ambition ? « Notre ambition est d’amener la solution de paiement la plus simple et la plus sécurisée pour envoyer de l’argent à quelqu’un sur le marché français », affirme David Marcus.

Dans les faits, voilà comment cela fonctionne. Lors de la première utilisation, l’utilisateur entre ses coordonnées sur Messenger, le numéro de sa carte bancaire et un code secret. Au cours d’une conversation, il choisit l’option « paiement », inscrit le montant à transférer, valide et lance le virement. Dans un délai de 1 à 3 jours, le bénéficiaire reçoit l’argent sur son compte bancaire.

Le plus ? L’on n’a pas besoin de télécharger une nouvelle appli ou de quitter la conversation pour faire un virement entre amis : paiement d’un diner au restaurant, voyage en groupe, cagnotte pour un anniversaire… Ce n’est pas tout. Le transfert est totalement gratuit. En effet, c’est Messenger qui assume tous les frais.

Et la sécurité dans tout cela ?

D’abord, chaque transaction est limitée à 500 euros, et l’utilisateur ne peut dépasser les 1500 euros par mois. Ensuite, les transferts ne sont pas transfrontaliers. Pour les virements internationaux, les utilisateurs de Messenger peuvent faire appel au bot britannique Transferwise. Depuis février 2017, il propose un service de transfert d’argent international sur Messenger.

Enfin, tous les transferts doivent être validés par l’expéditeur via son code secret ou par empreinte digitale ou reconnaissance faciale pour ceux qui possèdent un iPhone X. « Nous avons travaillé de concert avec les banques pour garantir un niveau de sécurité maximale » précise David Marcus. D’ailleurs c’est en partie la raison pour laquelle la fonctionnalité a tardé à débarquer dans l’Hexagone. Messenger, pour optimiser la sécurité des utilisateurs, a noué des partenariats avec les banques tricolores. L’autre raison se situait au niveau de la règlementation.

Dernier point, le patron de Messenger précise que le transfert d’argent peer to peer bénéficie d’un chiffrement de données qui garantit la sécurité des transactions.

Messenger fintech : le prochain défi

« Tous les utilisateurs de Messenger devraient utiliser à l’avenir le paiement dans Messenger (…) C’est un vrai game changer » explique David Marcus. Pour optimiser la conversion, le réseau social mise sur M, un assistant virtuel mi-humain, mi-IA lancé en même temps que le transfert d’argent. Il pourra par exemple reconnaitre s’il s’agit d’un transfert et agir en conséquence.

Par ailleurs, les retailers français profiteront également de ce nouveau service de Messenger, et ce dès 2018. Pour l’heure, le projet est en cours d’étude. Selon toujours David Marcus, « ce n’est pas une mauvaise chose de commencer par le peer to peer et ensuite de lancer le paiement aux marchands, pour habituer les gens et avoir suffisamment de personnes qui ont des cartes bancaires enregistrées sur Messenger pour que ce soit facile quand vous avez des paiements à faire ». Au pays de l’oncle Sam, cette fonctionnalité aurait enregistré un taux de conversion de près de 30 %.

Pour l’instant et pendant les semaines à venir, ce nouveau service est encore en phase de test. Mais avec près de 1,3 milliard d’utilisateurs actifs par mois dans le monde, Messenger est en passe de devenir Messenger fintech !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *