Une version augmentée et améliorée de la blockchain, c’est désormais une réalité ! En effet, la NeuroChain promet bien plus de sureté, de fiabilité et de rapidité. Cette technologie révolutionnaire (oui, c’est encore possible !) se base d’ailleurs sur un mécanisme de décision intelligent. Comment ? Eh bien, grâce à un nouvel algorithme qui permet à tous les « bots » de fonctionner ensemble.

La NeuroChain : de quoi s’agit-il exactement ?

Comme mentionné auparavant, NeuroChain est une évolution de la Blockchain. Elle utilise ainsi l’intelligence artificielle et la machine learning (apprentissage automatique, NDLR). Et ce, afin d’optimiser les performances et les capacités des systèmes distribués.

Mais, ce n’est pas tout ! NeuroChain, c’est également une plateforme technologique visant à accueillir les applications d’IA collectives. Le but ? Construire une économie durable et équilibrée grâce aux apports des robots connectés intelligents.

Alors, qui se cache derrière cette technologie innovante ? Ayant son siège à Paris, NeuroChain Tech, c’est une équipe qui rassemble les experts de différents horizons. Frédéric Goujon, Billal Chouli, Bruno Delahaye…, ce sont autant de talents au service du développement de ce projet novateur. Quant à la cryptomonnaie qui doit résulter du projet, elle se nommera « Clausius ».

Sur quoi s’appuie cette technologie de pointe ?

La NeuroChain peut reposer sur un dispositif intelligent, consensuel, flexible et social. De fait, des robots intelligents, rapides, indépendants et fiables lui permettent de fonctionner convenablement. Ce réseau interconnecté de bots représente ainsi un écosystème d’intelligences artificielles collectives. Le protocole Proof of Workflow leur donne effectivement de collaborer facilement et efficacement entre eux.

En plus, contrairement à la Blockchain, la NeuroChain ne s’appuie pas sur le dispositif Proof of Work qui demande une puissance de calcul brute considérable. Elle peut compter sur un protocole beaucoup plus efficient : Proof of Involvement and Integrity — preuve d’implication et d’intégrité —. Celui-ci permet en effet d’atteindre des performances optimales avec un nombre limité de bots. Par ailleurs, il s’agit d’une initiative « open source » qui permet à toutes les parties prenantes de développer et d’utiliser les applications intelligentes.

Une technologie révolutionnaire aux multiples atouts

La NeuroChain est-elle ou non un bon investissement ? Ses nombreux points forts parlent en tout cas en sa faveur.

Ainsi, selon les explications de Bruno Delahaye (CMO de NeuroChain Tech, NDLR), elle permet de juger la valeur d’un échange. De fait, « une des spécificités de la NeuroChain est d’apporter un caractère qualitatif à une transaction, ce que la blockchain ne fait pas aujourd’hui. C’est à ce titre que nous participons à la réflexion menée dans le cadre du livre blanc “innovation finance” ainsi qu’à celle initiée dans le cadre de “french impact”. »

En outre, elle privilégie la qualité à la quantité, ce qui témoigne de sa grande fiabilité. Et pour cause, elle prône l’intelligence au détriment de la puissance de calcul brute. D’autant plus qu’elle est infiniment plus rapide que la Blockchain standard. Même si elle ne recourt pas aux « smart contracts », elle peut se fier au potentiel quasi immense des apps intelligentes. Celles-ci incluent à l’évidence de l’IA véritable dans les contrats.

L’autre grande force de cette technologie réside aussi dans son fonctionnement dont le consensus est interne au réseau. Elle ne demande donc pas de validation externe, à l’inverse du Bitcoin. Autrement dit, elle n’a aucunement besoin d’opérations de minage et le besoin important en électricité qui va avec.

Bref, de par ses atouts et ses spécificités, la NeuroChain a de quoi séduire. Néanmoins, saura-t-elle vraiment s’imposer face à la Blockchain ?