Après l’Europe et la Silicon Valley, le fonds d’investissement Partech Ventures élargit ses horizons et fait cap vers l’Afrique. Avec son nouveau fonds baptisé Partech Africa, il souhaite révéler les entrepreneurs panafricains les plus prometteurs.

Partech Africa : le fonds dédié à l’écosystème africain du digital

100 millions d’euros ! C’est le fonds que Partech Africa va consacrer aux jeunes pousses africaines. Pour l’heure, le fonds a obtenu plus de 57 millions d’euros d’investisseurs internationaux comme la Banque Européenne d’Investissement, Bpifrance. Ou encore Proparco via le fonds Averroès Finance III et IFC, un membre de la Banque Mondiale. Des investisseurs privés ont également apporté leur contribution pour le lancement de ce fonds, dont Orange, Edenred et JCDecaux Holding (actionnaire majoritaire de JCDecaux, NDLR) à hauteur de 15 millions d’euros.

Ce nouveau fonds installé à Dakar aura dans son portefeuille 20 à 30 startups africaines en early stage avec des tickets d’entrée de 500 000 euros à 5 millions d’euros. L’objectif ? Soutenir les startups africaines des domaines de la finance, des services mobiles et en ligne, de la mobilité. Puis de l’éducation, de la santé, du divertissement et de l’économie informelle entre autres.

Dans un rapport publié par le FMI, les acteurs de ces secteurs d’activité représentent 20 à 65 % du PIB des pays. « L’e-commerce en Afrique, c’est environ 2 milliards de dollars et l’économie informelle. Peut-être 1000 milliards » a annoncé les responsables de Partech Africa. Ces entrepreneurs informels ont de bonnes idées, mais ils manquent cruellement de fonds pour les mettre en pratique. Et faire profiter leurs solutions innovantes au plus grand nombre.

Un engouement pour l’innovation en Afrique

L’ensemble des jeunes pousses africaines a levé 367 millions de dollars en 2016. Soit une hausse de 33 % en 1 an, NDLR. Preuve qu’elles ont un énorme potentiel qui intéresse les investisseurs. « Les investissements early stage en Afrique, avec des tickets de 200 000 à 40 millions de dollars ont presque été multipliés par 10, passant de 40 millions en 2012 à 367 millions de dollars en 2016. Une croissance déjà plus rapide que les projections qui annonçaient 1 milliard de dollars en 2020 » a affirmé Cyril Collon, General Partner de Partech Africa.

Malgré cette hausse, les investissements sont encore faibles, du moins de la part d’investisseurs locaux. Indéniablement, la plupart de ces fonds ont été levés auprès d’investisseurs installés en Europe et aux États-Unis. C’est bien pour cette raison que Partech Africa s’entoure d’acteurs majeurs de l’économie africaine ; « Il faut penser l’investissement d’une manière un peu différente à ce que l’on a l’habitude de faire en Europe […]. Nous avons fait le choix de faire un fonds africain au plus près des startups avec des gens issus de l’écosystème » , a continué Cyril Collon.

Partech Africa accompagnera les startups dans le développement de leurs activités. Le but ? Passer d’un marché local à un niveau international. « Grâce à un réseau global de partenaires industriels, notre équipe dédiée au business development exposera les startups africaines aux marchés européens et américains, et permettra des contacts commerciaux et des partenariats stratégiques à long terme » a indiqué Tidjane Deme, également General Partner de Partech Africa.

Quand on sait que l’Afrique comptera environ 2,5 milliards d’habitants en 2030, le continent est une vraie mine d’or pour tous ceux qui numériseront les services de distribution. Ceux-là réuniront en un seul réseau toutes les entreprises informelles qui évoluent en Afrique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *