La blockchain et les cryptomonnaies continuent à faire parler d’elles. La preuve avec Telegram, la messagerie cryptée ultra sécurisée russe qui vient d’annoncer sur le site d’information américain TechCrunch le lancement prochain de sa propre technologie blockchain et une cryptomonnaie baptisée « Gram ». Pour ce faire, elle compte réaliser la plus grosse ICO (levée de fonds par cryptomonnaie) de l’histoire.

Telegram réinvente la technologie blockchain avec « TON »

500 millions de dollars avec un ticket d’entrée d’environ 20 millions de dollars en pré-ICO. Puis 3 à 5 milliards de dollars dans une seconde phase avec une émission de jetons. Telegram voit grand pour le lancement de sa technologie blockchain « TON » ou Telegram Open Network prévu en mars 2018 et sa cryptomonnaie « Gram » au dernier trimestre 2018.

Il faut dire que les deux fondateurs de Telegram — les frères Nikolai et Pavel Durov — ont des ambitions démesurées. Contrairement aux technologies pour les échanges de Bitcoin et à l’Etherum, TON sera une blockchain troisième génération moins énergivore, et qui pourra réaliser 1 million de transactions par seconde, contre 7 pour le Bitcoin et 1500 sur le Ripple (troisième cryptomonnaie en matière de capitalisation, NDLR). À l’inverse des autres ICO, cette levée de fonds se fera par le biais de monnaie fiduciaire réelle, ce qui exclut les autres cryptomonnaies.

Pour des transferts d’argent sécurisés et quasi sans frais

Avec TON, les 180 millions d’utilisateurs actifs de Telegram (200 millions d’utilisateurs dans le courant de l’année 2018 selon les estimations) pourront exécuter des transferts d’argent (nationaux et internationaux) ainsi que des micropaiements en toute discrétion et à moindre cout, et ce sans restriction de montant. Comment ? L’application utilise un chiffrement qui garantit la confidentialité et la discrétion des transactions. D’ailleurs les artisans d’Emmanuel Macron avaient fortement utilisé Telegram lors de la campagne présidentielle, convaincus par son côté confidentiel et discret.

Ainsi les utilisateurs de la messagerie cryptée verront leur frais de transaction réduit, surtout lors d’envois internationaux où les frais sont habituellement très élevés. Un argument de taille qui ne manquera pas d’attirer une clientèle à l’aise avec l’univers des cryptomonnaies.

Ce n’est pas tout. Cette nouvelle technologie blockchain prendra également en charge des smart contacts et s’occupera de la vérification des identités des utilisateurs. Ce qui fait de TON l’une des blockchains les plus sécurisées au monde.

Les cryptomonnaies séduisent de plus en plus

Si Telegram arrive à ses fins, Gram réaliserait donc la plus grande levée de fonds en cryptomonnaies jamais vue. Loin devant EOS qui a levé près de 289 millions de dollars et Tezos et ses 232 millions de dollars. En France, DomRaider et iExec sont les premières startups à avoir eu recours à une ICO.

Depuis le début de l’année 2017, année de révélation des monnaies virtuelles, les ICO réalisées dans le monde ont permis de lever près de 2,3 milliards de dollars. Cet engouement des professionnels et des particuliers pour les cryptomonnaies s’explique en partie par le succès du Bitcoin (un cours record de 5622 de dollars le 22 octobre 2017).

En tout cas, grâce à sa propre cryptomonnaie, Telegram deviendrait totalement indépendante des gouvernements et des institutions financières. Par ailleurs, la messagerie cryptée pourra ressembler à une banque, avec sa propre monnaie virtuelle.

Les monnaies virtuelles et la technologie blockchain détermineront la nouvelle économie financière. Et Telegram ne compte pas rater le train en marche. On en saura un peu plus vers la fin de l’année.